Au coeur d’ICB

Micro Couloir #2

Micro Couloir #2

Venez découvrir les coulisses du challenge interne 2019 vécus par les 2A ! Cette année, le commanditaire était le Musée des Maisons Comtoises. Une semaine de travail intense et pleine d’émotion qui s’est finalisée le 25 octobre. Bravo à tous les 2A et félicitation aux trois équipes finalistes !

Mon meilleur big-up à Agathe en attendant que je trouve de l’inspiration, mais sachez que travailler avec Antonin n’est pas une tâche facile.

Publié par Clarisse Aboulin dans Au coeur d'ICB
Comment réussir le challenge : les conseils des anciens

Comment réussir le challenge : les conseils des anciens

Il avance lentement dans la pénombre, répandant une brume glaciale dans ICB. Ne vous retournez pas, il est déjà là : le challenge interne commence dans 2 jours. Stress, anxiété, doute, le mystérieux challenge interne nous questionne et nous angoisse mais, vos deux rédacteurs préférés, à l’instar de Sherlock Holmes et son cher Watson -on vous laisse libre de choisir qui est qui-, ont mené l’enquête pour dénicher les meilleurs conseils pour réussir au mieux votre semaine.

Après avoir traversé Besançon, le Doubs, La Bourgogne Franche-Comté, la France et même l’Europe, nous avons enfin retrouvé l’élite de l’élite d’ICB. Qui de mieux pour vous conseiller que les survivants des challenges précédents ? Les anciens, soucieux de votre réussite, ont bien voulu nous partager leurs expériences passées pour que vous, jeunes insouciants, vous soyez fin prêt pour cette semaine empli de douleurs.

Voici donc leurs conseils !

Savoir se remettre en question et ne pas stresser

Dans les travaux de groupe, il ne faut pas négliger les idées, quelles qu’elles soient. Il est important de savoir se remettre en question. Mais avant tout, pour une semaine plus détendue et un travail optimisé, il est nécessaire de savoir gérer son stress.

Noé, ancien étudiant en communications des organisations, promo 2017-2019

« Pour moi le plus important c’est de toujours se remettre en question et ne pas stresser. Ton idée tu ne peux pas l’avoir le mardi ou le mercredi matin du moins elle ne sera pas assez recherchée. Tu peux avoir ton idée très tard si c’est la bonne vas-y. Le plus important ce n’est pas la réalisation mais c’est l’intention. Si la réalisation est moyenne mais l’idée est géniale ça sera toujours plus valorisé. »

Pauline, ancienne étudiante en publicité, promo 2017-2019

« Ne pas négliger certaines idées nulles car ça peut donner d’autres idées et ça permet de chercher exactement pourquoi ça marcherait. »

 Savoir communiquer avec son équipe

La communication est tout un art -que nous apprenons au quotidien dans notre formation- qui ne faut pas prendre à la légère. Partir sur de bonnes bases avec son équipe est primordial. Il est important de se dire les choses en toute honnêteté.

Justine, ancienne étudiante en publicité, promo 2017-2019

« S’écouter. Si vous sentez que ce n’est pas LA bonne idée et que vous êtes déjà mercredi, et bien prenez encore cette journée. Ça fonctionne aussi dans l’autre sens mais une bonne idée doit s’expliquer facilement. Si vous ne pouvez pas expliquer concrètement pourquoi ça marche à votre équipe, alors ça veut dire que vous vous trompez. »

Maxime, ancien étudiant en Infonum, promo 2016-2018

« N’hésitez pas à dire si vous trouvez que quelque chose ne va pas, n’ayez pas peur de froisser vos potes, certes y’aura jamais 100% d’accord, mais si ça peut en amener certains à réfléchir une nouvelle fois ce n’est pas plus mal »

 Sophie, ancienne étudiante en Publicité, promo 2017-2019

« Bien faire des points réguliers avec votre équipe pour être sûr que vous allez tous dans la même direction »

Maeva, ancienne étudiante en publicité, promo 2016-2018

« Se répartir les tâches, être à l’écoute des idées des autres, ne pas hésiter à faire des propositions, s’entraider »

 Organiser son travail

Pour un travail optimal, il faut savoir organiser ses idées : le brainstorming sera ton meilleur allié. Mais également organiser son travail au sein de l’équipe, se répartir les rôles.

Sophie, ancienne étudiante en Publicité, promo 2017-2019

« Créer en avance une sorte de plan avec toutes les étapes nécessaires et surtout, bien lire le brief. Enfin, faite des listes tout le temps, notez tout ce dont à quoi vous pensez »

 Maxime, ancien étudiant en Infonum, promo 2016-2018

« Utiliser un tableau pour noter les idées, comparer et pouvoir en éliminer, afin de trouver LA big idea ; c’est quelque chose qui peut mettre un peu de temps à venir »

« Pour le rapport, chacun a évidemment sa partie ; et il vous faut 2 ou 3 rédacteurs qui seront volontaires pour reprendre ces dites parties et les re-rédiger de façon plus propre. Dès que c’est fini les graphistes se chargent de la mise en page »

Kevin, Journaliste Média et Marketing à Média+, promo 2015-2017

 « Ne vous précipitez pas dès le début à vouloir trouver des idées le premier jour. Prenez le temps pour bien analyser, la marque, son identité et le marché »

Pierre-Étienne, ancien étudiant en publicité, promo 2016-2018

« Relisez bien le brief, passez une journée dessus s’il le faut. »

 Prendre le temps de faire des pauses

Les pauses, c’est important. Cela vous permet de vous vider la tête et de prendre du recul sur vos idées. Nous le savons tous, les 1ères idées sont souvent les 1ères idées des autres.

Valentin, ancien étudiant en communication des organisations, promo 2017-2019

« Amenez à manger, ça te permet de pas t’éparpiller, parce que dès que tu as faim tu grignotes et tu ne perds pas de temps à sortir aller chercher quelque chose à manger »

Sophie, ancienne étudiante en publicité, promo 2017-2019

« Faire des breaks quand il y a besoin pour ne pas s’acharner des heures sur quelque chose qui n’avancera pas, sans pour autant en abuser »

Noé, ancien étudiant en communications des organisations, promo 2017-2019

« Prenez des moments de break où vous vous videz complètement. Je ne vous conseille pas de travailler le soir et pendant les pauses déjeuner. Il faut savoir prendre des moments de détentes, car si tu fais que penser au challenge tu ne vas pas réussir à sortir de tes idées de base »

Cyrielle, ancienne étudiante en publicité, promo 2017-2019

« Pour de vrai, au niveau de la santé mentale faut pas faire l’erreur de vouloir bosser trop et être tout le temps les uns sur les autres. »

Ne pas hésiter à aller voir les profs

Et oui, durant cette semaine de challenge, les professeurs seront là pour vous aider, vous guider et vous conseiller. Il est important d’avoir un avis de l’extérieur pour savoir si nous allons dans la bonne direction.

Gael, ancien étudiant en publicité, promo 2016-2018

« Ne pas hésiter à demander l’avis des profs. Régulièrement. Pour éviter la fausse route et pour ne pas perdre du temps. Ne pas se lancer direct dans une idée qu’on pense trop bien. Faut prendre le temps de faire bien le tour du sujet et des idées. »

Maxime, ancien étudiant en infonum, promo 2016-2018

 « Rester à l’IUT au maximum pour bosser. C’est là où on reste le plus concentré, où on est le moins distrait, et y’a des profs à proximité si jamais on rame »

Ne pas se comparer avec les concurrents

Même si ça te démange, évite d’aller voir tes potes pour leur demander où ils en sont. Déjà, ça te fera plus stresser qu’autre chose. On a toujours l’impression que c’est mieux chez les autres, or ce n’est pas le cas. Ensuite, tu risques d’être focalisé sur leurs idées et tu n’arriveras pas à t’en détacher.

Cyrielle, ancienne étudiante en publicité, promo 2017-2019

 « Éviter d’aller voir les autres parce que quand tu leurs demandes comment ils avancent, ça te donne encore plus envie de crever »

Chloé, ancienne étudiante en publicité, promo 2016-2018

« Gardez la concurrence dans le rétro pour surveiller mais ne vous comparez jamais et croyez en vous : au challenge interne tu vas souvent voir les profs pour des conseils donc tu croises les autres qui viennent pour la même chose, donc tu entends leurs idées/ ils en parlent »

 Quelques conseils pour finir

Maxime, ancien étudiant en infonum, promo 2016-2018

« N’oubliez pas les règles de numérotation des pages avec les annexes. Niveau logistique, n’imprimez surtout pas à l’IUT ! Tout le monde veut y aller car c’est gratuit, mais du coup c’est le bordel, et là je parle par expérience personnelle… Le vendredi matin vous avez quelques heures pour finir, l’idéal c’est de pouvoir aller chez l’imprimeur »

Chloé, ancienne étudiante en publicité, promo 2016-2018

« Si vous croyez en votre projet, rien ne peut vous arrêter (à part si on vous dit que vous ne partez pas dans la bonne direction) mais croyez-y »

Sophie, ancienne étudiante en publicité, promo 2017-2019

 « Peut-être faire à l’avance une maquette sur Indisgn super simple et efficace pour le dossier final »

Nous espérons que tous ces conseils porteront leurs fruits lors de la redoutable semaine de challenge. Nous remercions les anciens pour leur participation et leurs précieux conseils. N’oubliez pas, ce n’est qu’un challenge, rien ne sert de trop se stresser et de risquer de perdre ses amis d’infocom ! En attendant, pas de folie ! Reposez-vous bien et comme dirait Pierre-Etienne « puisse le sort vous être favorable ».

Mon meilleur big-up à Agathe en attendant que je trouve de l’inspiration, mais sachez que travailler avec Antonin n’est pas une tâche facile.

Publié par Clarisse Aboulin dans Au coeur d'ICB, La parole aux anciens, Tous les articles
Des bancs de l’IUT au siège d’Instagram

Des bancs de l’IUT au siège d’Instagram

Rangez vos Marseillais à Cancun, vos Kardashian ou vos rappeurs américains, la nouvelle génération d’influenceurs est arrivée. Et quoi de mieux que nos représentants d’infocom pour ce nouveau rôle ?

Nos étudiants ambassadeurs, Lisa Molière (1K d’abonnés), Jeanne Capelli (851 abonnés), Clément Lacolonge (4K d’abonnés) et Lucas Labourier (431 abonnés) ont eu la chance d’être sélectionné par Instagram France. Ils ont ainsi été invité à participer à l’évènement « Cœur sur Paris »

Une expérience Instagram exclusive en France

Unique, inédite et audacieuse, la campagne d’Instagram « Cœur sur Paris » est un éloge à la créativité de la jeunesse française. C’est la 1ère fois qu’un tel évènement met en avant l’expression et le talent des jeunes utilisateurs du réseau social. Et la liste des invités ne peut que nous faire rêver : Roman Frayssinet, Yseult ou encore Georgio & PLK le dimanche soir.

Entre concerts, stand-ups, conférences ou encore conseils pour mieux utiliser Instagram, nos étudiants ambassadeurs ont pu assister à cet évènement inédit du 20 au 22 septembre.

Le déroulement de l’évènement

Chaque jour, un thème abordé sous l’angle d’Instagram. Un programme chargé mais plus qu’intéressant pour nos étudiants ambassadeurs.

   

C’est dans un lieu éphémère agencé aux couleurs d’Instagram, non loin de Bastille, que nous retrouvons nos ambassadeurs Instagram : Lisa, Jeanne, Clément et Lucas.

Une soirée d’ouverture très huppée

Si la plupart sont arrivés le vendredi, ce n’est pas le cas de Clément, 2ème année en info-num, qui a pu assister à une soirée privée, accessible uniquement sur invitation. En guest-star, des gros noms d’Instagram et de YouTube tel que SundyJules (1,1 millions d’abonnés sur Instagram).

« Tout était aux couleurs d’Instagram »

Le lendemain, nos influenceurs en herbe arrivent sur les lieux de l’événement. Immergés dans une atmosphère digne d’un musée, c’est des cœurs pleins les yeux que nos ambassadeurs avancent de couloir en couloir à travers des néons roses. Instagram oblige, des photographes étaient présents à chaque endroit pour prendre des photos.

Lisa nous raconte « Il y avait même une salle de karaoké fermée, remplie de miroir. On y accédait avec notre groupe de potes, on chantait et on était filmé. À la fin, ils nous envoyaient la vidéo. »

Nos nouveaux influenceurs ont également eu l’opportunité de créer leurs propres GIF que vous pouvez retrouver sur Snapchat et Instagram.

Cet événement était aussi un lieu pour en apprendre davantage sur leur futur rôle d’instagrameur. Grâce aux Points Tech, nos étudiants ont pu avoir des conseils des professionnels d’Instagram : améliorer son feed, faire des jolies stories, optimiser les outils de retouche photos… tout ceci n’est plus un secret pour nos influenceurs de demain.

Lors des conférences, les participants pouvaient assister à des ateliers. Par exemple, nos étudiants ont participé à un atelier de prise de parole. « À l’IUT, on a l’habitude de s’exprimer devant notre classe. Là, c’était totalement différent, on devait s’exprimer devant un large public d’inconnus, c’était très formateur » nous dévoile Jeanne après son passage sur scène.

                                 Animation photos sur fond vert

Entre deux show-cases, les participants pouvaient aller se rassasier dans une cafétéria. Un buffet rempli de gaufres, tacos, ou encore de biscuits japonais avec un joli mot humoristique à l’intérieur. Quoi de mieux que de voir apparaître un « tu es le but de la 90ème minute » dans le gâteau ?

« Tout était hyper beau, hyper bon. Tout était instagrammable de A à Z »

« Cœur sur Paris » a su conquérir nos étudiants. C’est le sourire aux lèvres qu’ils nous ont partagé leurs aventures aussi belles qu’enrichissantes. En plus de l’expérience obtenue, la campagne est une réelle source d’inspiration pour nos influenceurs. À l’image de Jeanne qui souhaite partager son expérience lors de la prochaine JPO. Nous souhaitons donc bon courage pour la suite de leur nouvelle vie d’influenceur, en espérant qu’ils représenteront fièrement ICB.

 

 

 

Mon meilleur big-up à Agathe en attendant que je trouve de l’inspiration, mais sachez que travailler avec Antonin n’est pas une tâche facile.

Publié par Clarisse Aboulin dans Au coeur d'ICB, Tous les articles
Micro Couloir #1

Micro Couloir #1

Découvrez les coulisses d’Info-Com dans ce premier Micro Couloir ! Merci aux étudiants de première année pour leur participation ! On se retrouve très vite pour un deuxième épisode.

Rédacteur.

Fan inconditionnel de Théo Vigezzi, je compte néanmoins dépasser le maître. J’ai beau clabauder que le mot pétrichor devrait être plus utilisé, j’espère que ma nitescense ne vous aveuglera pas.

Publié par Antonin Falomir dans Au coeur d'ICB
Nouveau à l’IUT ? On répond à toutes tes questions ! [FAQ]

Nouveau à l’IUT ? On répond à toutes tes questions ! [FAQ]

Est-il obligatoire d’avoir un ordinateur en infocom ?

Cette question est revenue à moulte reprises, et il est donc temps de vous répondre un authentique et très clair : NON. En effet, l’ordinateur est loin d’être obligatoire mais il est reste néanmoins fortement conseillé. Vous serez amenés lors de vos deux ans -voire trois pour certain(e)s- à utiliser la suite Adobe, votre meilleur ami pour la vie. Photoshop, Indesign, Premier Pro, mais encore Illustrator vous accompagnera pour le meilleur, comme pour le pire. De notre point de vue de rédacteur, nous pensons que l’ordinateur est un choix judicieux. Il vous permettra de noter vos cours plus rapidement que sur papier, mais il restera interdit par certains professeurs.

Pour les futurs accros de la PAO, on vous a même trouvé la configuration idéale pour réaliser vos projets sans trop de soucis. C’est le moment pour les non-geeks de ne comprendre qu’un mot sur deux mais courage les amis, c’est le sésame pour la réussite et c’est ici que ça ce passe ! Et parce qu’on tient à ce que votre S1 soit parfait, voici comment avoir Microsoft Office sans avoir besoin de le craquer.

Comment va se dérouler le S1 ?

Craintes, peur, anxiété. Ces mots résument parfaitement votre état d’esprit face à la MONTAGNE de travail qui vous attend. Quoi ? Vous allez me dire que vous êtes détendu, relax, prêt à affronter ce S1 dans la sérénité ? Que nenni, attendez quelques semaines et vous verrez. Mais pas d’inquiétudes, vos rédacteurs vont vous donner quelques conseils afin d’être prêt au moment de l’octogone sans règle.

  • Organisez-vous. Travaux de groupe, dossiers, oraux… Des moments de bonheur aussi intenses que fatiguant qui vont venir rythmer votre S1. Il est important de savoir organiser son travail et bien choisir ses groupes de travaux. Et si vous avez des doutes, n’hésitez pas à demander des conseils à vos parrains/marraines.
  • Être assidu. Checkez régulièrement vos mails ! En effet, toutes les informations vous seront transmises via votre boîte mail étudiante, et parfois des réponses rapides vous seront exigées. Si vous êtes absents et que vous ne voulez surtout pas vous attirer de problèmes, n’oubliez pas de bien fournir un justificatif au secrétariat sous 48h. On serait bien trop triste que vous nous quittiez pour si peu.
  • Être informé. Il est important de connaître l’actualité. Infocom, c’est avant tout œuvrer pour le monde qui nous entoure. Vous serez amené à travailler sur l’actualité -numérique, par exemple- où votre culture générale sera votre meilleur allié. En tant que futurs communicants hors pairs, il vous est indispensable de connaître ses sites spécialisés. Ne t’inquiète pas, les anciens rédacteurs de la Team 2.0 t’ont déjà tout expliqué ici. Pour les plus gros flemmards, il existe de nombreuses applications d’actus comme Le Monde, Le Figaro ou encore France Info.
  • Soyez acteurs de votre formation. Il est toujours plus agréable de commencer une année en participant et en s’impliquant à l’IUT. Pour ce faire, vous aurez MOULTE occasions de prouver votre bravoure à ICB ! Bénévolat, être membre du conseil de département, ou tout simplement en apportant ta joie et ta bonne humeur dans les couloirs d’infocom.
  • Et surtout, profitez de cette 1ère année. Parce que ce n’est RIEN comparé au S3.

Je viens d’arriver à Besançon et je ne connais personne, que faire ?

N’aie crainte mon ami, les deuxièmes années savent comment intégrer les nouveaux venus. Vous verrez qu’en infocom, nous sommes une grande famille, et très vite vous allez rencontrer de supers personnes qui vous suivront jusqu’au bout de votre vie. Mais pour rencontrer davantage de personnes, et ainsi créer de vrais liens, quoi de mieux que d’apprendre à se connaître autour d’un verre. Nous avons pour habitude de fréquenter le bar La Fontaine qui se trouve 4 rue Boucheries, place Révolution. Il ne vous sera pas rare de croiser des compatriotes infocomiens. Bien entendu, on s’y retrouve qu’une fois nos devoirs effectués, car les études avant tout (en aucun cas cette phrase n’à été écrite sous la contrainte de Mme Spagnul)*.

Le reste du temps, vous apprendrez à connaître les étudiants les uns après les autres grâce aux nombreux projets de groupes, des challenges qui seront organisés lors de votre deuxième année, mais encore grâce à vos nombreux amphis, que, bien entendu, vous ne louperez jamais même un vendredi matin à 8h.

Pour conclure, on peut dire d’expérience que l’une des meilleures solutions pour rencontrer vos amis de demain reste le week-end d’intégration (WEI) qui est proposé par la Korpo. Cette année, il aura lieu le week-end du 20 septembre.

*Aidez nous svp 

Un dernier conseil ? 

Réussir vos deux années d’IUT c’est aussi se cultiver quotidiennement. Le musée du temps, le musée des beaux-arts mais encore l’incontournable Citadelle.  Il y a des cinémas, même si on sait tous qu’il est difficile pour nos pauvres bourses d’étudiants d’aller régulièrement profiter d’une séance. Pourtant, il est indispensable d’être au point sur tous les plans. Grâce à la carte Avantage Jeunes (seulement 8€) vous pourrez profiter de réductions et d’avantages sur un large panel d’activités.

La ville de Besançon vous propose également de nombreuses animations, comme le Festival Détonation, du 26 au 28 septembre à La Rodia ou encore le concert de Bienvenue aux Étudiants jeudi 19 septembre (BAE) ! Vous pouvez retrouver toutes les informations de l’événement sur sa page Facebook.

En bref, amusez-vous, profitez de vos années d’IUT, sans trop d’excès et épanouissez-vous dans ces années d’études supérieures. Se sentir chez soi en Infocom est indispensable et les résultats suivront d’eux-mêmes. En attendant, courage et puisse le sort vous être favorable.

Rédacteur.

Fan inconditionnel de Théo Vigezzi, je compte néanmoins dépasser le maître. J’ai beau clabauder que le mot pétrichor devrait être plus utilisé, j’espère que ma nitescense ne vous aveuglera pas.

Publié par Antonin Falomir dans Au coeur d'ICB, Tous les articles
2 ans et plus encore…

2 ans et plus encore…

Tout a commencé il y a 2 ans, lorsque que chacun d’entre nous se retrouvait à la croisée des options, se préparant ainsi à ouvrir une nouvelle page de sa vie. En intégrant Info-Com, personne ne pouvait se douter de ce qu’il allait se passer. Souvenez-vous, nous redoutions du bon déroulement de l’année et de notre intégration au sein du département. Bref, une part d’anxiété était présente chez certains quant à la volonté de passer une belle aventure ici.

Maintenant, revenez à l’instant présent et pensez au chemin parcouru jusqu’ici. Finalement, c’est presque comme une évidence. Vous vous dîtes sûrement que ça ne pouvait se dérouler uniquement de cette manière. De là vous vient un sourire voire une larme de joie…ou de tristesse de quitter ses lieux. Mais rassurez-vous, on ne peut repartir qu’avec le sourire, tant les bons moments passés ici sont nombreux. Que ce soit dans la salle de coworking pour finir un dossier, à la cafétéria pour vous remettre d’un lendemain de soirée avec un verre rempli d’eau et une pièce de 50 centimes perdue à jamais. Ou encore sur les marches d’escaliers sur lesquelles les rayons de soleil (quand il fait beau) sont les premiers invités, voire dans l’amphi A où tout a commencé…

Et depuis ? Les débuts ont marqué nos mémoires avec des équipes, des sourires, des jeux et activités qui ont su nous donner le meilleur avant-goût possible de cet IUT. Un premier semestre où chaque personne apprenait à se connaître, rythmé par un week-end d’intégration inoubliable. Nous n’avons décidément pas été déçus puisque les jours, semaines et mois suivants étaient à la hauteur du premier avec des découvertes variées et riches en émotions, sans oublier nos parrains et marraines de deuxième année qui nous ont marqué sur tous les plans. Perdre un membre de sa famille est toujours un moment difficile, mais en accueillir un nouveau comble véritablement cette perte.

On retiendra aussi l’arrivée des rares mais beaux jours ensoleillés qui marquaient la fin d’année et le départ malheureux des 2A en stage. Une séparation qui leur a fait prendre conscience que deux années heureuses passent aussi vite que deux heures de cours de droit. Désormais, c’est à nous de prendre notre envol, de penser à toutes ces véritables rencontres et de ne retenir que le meilleur dans les expériences collectives ou individuelles qui nous ont fait grandir. Nous n’oublierons pas le S3, qui n’est pas une légende, et qui a marqué plus d’un étudiant. Car, durant cette deuxième année, le travail a été certes plus intense, mais il nous préparait à de belles expériences professionnelles à travers les challenges et le stage, pour ceux qui en ont un.

Mais surtout, nous ne pourrons oublier tout ce qui fait ICB aujourd’hui. Ses événements marquants, son ambiance quotidienne, des professeurs que nous ne trouverons ailleurs, une machine à café qui fonctionne par intérim ou encore la Fontaine et notre voyage à Berlin. Tous ces détails ne partiront pas aux oubliettes pour autant et vous feront sourire à chaque instant que vous évoquerez votre vie étudiante bisontine.

ICB c’est une découverte de soi, des autres, de la communication et du travail. Ce sont aussi des rencontres amicales vous conduisant à la découverte du vrai sens de l’amitié. De simples camarades de classe, certains sont devenus des camarades de vie.  Ce sont également des rencontres professionnelles à travers des professeurs et intervenants qui ont su nous transmettre leur passion pour la communication. Info-Com pourrait presque s’apparenter à une secte, sans le côté néfaste et destructeur. C’est ce lieu laissant libre-court à notre imagination, ce lieu semblable à une explosion de connaissances, d’idées, de créativité et de joie.

Et c’est avec cette dernière émotion que nous quittons ICB. Il y a 2 ans, nous sommes rentrés à l’IUT timides et quelques peu désorientés. Aujourd’hui, nous en ressortons grandis. Grandis par ces rencontres professionnelles et amicales qui marqueront durablement nos années Info-Com. Grandis également en talent. De benjamins de la communication, nous sommes maintenant des espoirs confirmés. Retenons ce qu’ICB nous a appris, nous saurons le remercier en tant voulu. Résumer vos 2 ans ici reviendrait à utiliser le dictionnaire des synonymes en tapant « bonheur mais travail car studieux mais soirée car amis donc folie ». C’est inutile, mais c’est bien comme ça.

 


Il est maintenant temps de marquer une dernière fois cette ultime virée avant de quitter le navire infocomien et partir dans de nouvelles croisades professionnelles. Vous faites désormais partie de l’histoire d’ICB. Il est temps aujourd’hui d’écrire la vôtre, peu importe où vous serez.

On laisse le blog à Clarisse & Antonin.

Nous, on s’en va faire le blog de McFly & Carlito.

Publié par Théo & Eva dans Au coeur d'ICB
ICB ist Berliner

ICB ist Berliner

Le temps d’un après-midi strasbourgeois…

Avant de parler nourriture, parlons bus. Lundi 11 Février, 90 élèves ont pris la direction de Strasbourg. Résumé des trois heures de trajet : parties de cartes ou de Mario Kart, éclats de rire et siestes pour ceux qui n’étaient pas encore réveillés. Et c’est sous un temps nuageux que nos aventuriers ont découvert les quartiers strasbourgeois. Une fois le ventre bien rempli (c’est vrai que 3 heures sans manger ça fait vraiment long pour certains), chacun entamait sa première visite afin de lancer le début de cette semaine. Parce que même en voyage, la communication reste bel et bien présente pour nos étudiants de deuxième année. Entre le journal les Dernières Nouvelles d’Alsace, la salle de spectacle la Laiterie, ou encore Eurométropole, ils ont donc été servis.

C’est ensuite devant le symbolique Parlement européen qu’ils se sont donnés rendez-vous. Accueillis par la chargée de communication, tous se sont mis dans la peau de vrais députés. Nos infocomiens ont pu visiter cette institution emblématique de l’Union Européenne puis assister en toute discrétion à une assemblée entre les membres du Parlement. Enrichissant et plus que pertinent, c’est une expérience unique qu’ils n’oublieront pas de si tôt.

Cette riche escapade s’est terminée au Brasseur autour d’un litre de bière (pour chaque étudiant, nous tenons à le préciser…) et des flammekueches locales servies à volonté par un serveur courageux… C’est vrai qu’entre les fous rires, l’appétit dévorant de certains, et la folle montée des bières pour tout le monde, le service n’était pas de tout repos. Les élèves ont pu digérer (ou presque) ce repas dans le bus, puisqu’il démarrait cette fois-ci pour Berlin. DS branchées, ronflements pour d’autres, la nuit a été longue mais la joie était là, comme toujours.

 

Berlin, un trésor rempli d’histoire

Après 10 longues heures de route, les 2A ont débarqué dans la capitale allemande fatigués mais enthousiasmés par ce monstre urbain encore marqué par la Guerre Froide et la division de l’Allemagne. Pour certains, Berlin est un molosse incontrôlable, peuplé d’une foule prolétarienne agressive sans élégance et dévoré de problèmes sociaux. Sauf que Berlin est à l’exact opposé de ce que vous pouvez penser. La capitale berlinoise est totalement différente : ni jolie, ni riche, mais tellement vivante. Et il fallait faire vivre nos infocomiens, eux qui étaient proches de dormir debout à l’auberge car leur sommeil se comptait en minutes.

View this post on Instagram

JOUR 3 🇩🇪

A post shared by Infocom Besancon (@infocombesancon) on

A commencer par un brunch typiquement allemand pour se remettre d’une nuit de bus, alors que d’autres jouaient déjà les touristes. D’AlexanderPlatz à la PotsdammerPlatz en passant par les parties intactes du Mur de Berlin, la porte de Brandebourg et les différents musées de la ville, l’agglomération regorge de trésors historiques et culturels. ICB a su en faire profiter nos bisontins curieux de découvrir cette capitale européenne. Parmi les visites les plus marquantes, on retiendra la prison de la STASI, ex-police secrète de la RDA, qui a touché la plupart des étudiants de par son triste passé et les sombres faits qui s’y sont passés, ainsi que le musée de la photographie avec son exposition sur Helmut Newton. Sans oublier le mythique stade olympique de Berlin, l’Olympiastadion, qui a su attiser toute l’admiration du peu de footeux que compte notre département. Comme quoi, Com&Move a pensé à tout le monde.

Voyage touristique mais pas seulement. Car en Info-Com, la communication ne nous quitte jamais. The Foundry, Die Webstars, Glispa, Kreateur… de nombreuses agences de communication ont vu débarquer une foule d’infocomiens soucieux d’écouter les précieux conseils des professionnels. Un moyen pour nos étudiants de découvrir le monde de la com’ version allemande et pour ICB d’élargir son réseau d’entreprises et de nouer de nouveaux liens.

Berlin serait-il ainsi le paradis sur Terre ? N’ont-ils pas vu les bâtiments préfabriqués ou le dealer au coin de la rue ? Il faut insister pour entendre de temps en temps quelque chose de négatif sur la ville, grise par moment, mélancolique et sillonnée de cicatrices. Ici, on pense que tout est possible. Et tous sont unanimes sur un aspect. C’est le soir que la ville marque sa différence avec les autres grandes métropoles européennes, offrant ainsi une vie nocturne autrement plus trépidante et unique. Capitale mondiale de la musique techno, les infocomiens peuvent désormais le confirmer avec les 300 clubs recensés dans la ville. Ce voyage nous aura tout de même laissé beaucoup de souvenirs et aidera à mettre des images sur la multitude de documents divers sur tout ce qui s’est passé à Berlin durant ce demi-siècle qui a tellement compté sur le sort du monde et de l’humanité.


Aujourd’hui, le challenge, le stage et la fin de l’aventure sont désormais dans l’esprit de chacun. Mais il n’en doute point que ce séjour restera comme l’un des points d’orgue de cette épopée et viendra fermer la boucle qui a commencé 2 ans auparavant. Bien sûr, il ne faut pas oublier Com&Move et les professeurs participants (en particulier Mme. Tschofenig et Mme. Gainet) sans qui tout cela n’aurait pu se faire. L’aftermovie arrivera prochainement, alors si vous ne voulez pas rater l’apparition surprise de votre visage, on vous conseille de rester connectés…

Bis bald.

Rédacteur.

Veuillez m’excuser du manque d’inspiration pour ma bio. Mais ne vous inquiétez pas, j’en aurai pour le blog…

Publié par Théo Vigezzi dans Au coeur d'ICB
2018 : une année ICB dans le rétro

2018 : une année ICB dans le rétro

Un bond en arrière

2018, c’est d’abord 50 ans. 50 ans que l’IUT continue d’animer la vie de chaque étudiant passé ici. L’histoire infocomienne commence en 1968, à Besançon, rue de l’Observatoire à l’IUT Besançon-Vesoul. Depuis, plus de 30 000 étudiants ont établi une part de leur vie dans ces mêmes couloirs que nous fréquentons aujourd’hui. Durant l’année 2017-2018, ICB & l’IUT ont ainsi eu l’occasion de fêter un demi-siècle d’existence. Après de nombreux événements organisés depuis la rentrée, l’institut a donc clôturé son année sous le signe du jubilé. L’occasion pour les dirigeants et enseignants de revenir sur les évolutions de ces cinquante dernières années et d’évoquer les perspectives sur l’avenir de l’IUT.


L’année 2018 c’est aussi – et surtout – les événements perpétuels que personne ne peut éviter. De la traditionnelle Journée Portes Ouvertes à l’édition franco-anglaise du voyage de deuxième année en passant par les stages, 2018 a permis, aux uns, de plonger pleinement dans l’aventure ICB et, aux autres, de conclure en beauté leur parcours infocomien. Car oui, l’heure des au revoir des 2A, prêts à prendre leur envol professionnel, a sonné. Des au revoir, et non des adieux, car Info-Com ne nous quitte jamais. Touchés par leur départ, les première année, maintenant seuls, ont dû prendre leurs responsabilités. À commencer par les projets tutorés dont ils ont pris le relais, afin de redonner une nouvelle âme à ce département désormais essoufflé de ses ex-2A. Malheureusement, ce n’était pas les seuls départs. Comment ne pas oublier Pierre Guillemard, avec ses « punchlines » dont lui seul a le secret ainsi que Martine Devichi et ses « key words »  qui ont marqué l’histoire du département ? Une belle retraite nous leur souhaitons !

 

Bienvenue. à. ICB. Do you remember ?

Des départs, mais des arrivées heureuses et nombreuses. Alors que la France ajoutait à son maillot sa 2ème étoile, ICB s’apprêtait quant à lui à rassembler dans ses couloirs 180 nouvelles étoiles montantes de la communication. La famille s’agrandit une nouvelle fois. À côté des 2A en folie et heureux de se retrouver, les néo-infocomiens restaient attentifs et impatients de découvrir leurs nouveaux parrains et marraines désignés par numéro de téléphone (pour certain(e)s, répondre à des numéros de téléphone dès le 4ème jour de cours était un record). Merci la Korpo.  

Parce que le mot d’ordre est bienvenue, il a fallu les plonger au cœur de l’aventure ICB. À commencer par la seule et unique journée d’intégration. En quelques mots : une équipe de 2A sauvages déguisés en tout et n’importe quoi est arrivée en courant lors d’un prétendu cours en amphi. Bienvenue à ICB… L’intégration rime aussi avec WEI ! En trois mots : rires, soleil, et musique. Les nouveaux ont pu se découvrir sous leur plus grande forme l’espace d’un week-end d’Octobre ensoleillé (tellement rare qu’on devait le préciser).

Il est cependant temps de laisser les instants d’intégration de côté. Place aux jours d’automne, et au ciel grisé du mois d’Octobre (et pas que, nous sommes en Franche-Comté rappelez-vous…). Les jours raccourcissent, mais pas le quotidien des infocomiens qui se retrouvent avec de nombreux dossiers et travaux collectifs à traiter. Les journées en salle co-working ou en salle 202 sont désormais choses communes…

Pour couper cette atmosphère de travail, la JDA a usé de sa force et de sa magie ! Une opportunité exceptionnelle pour les 1A de rencontrer des anciens de la famille, de partager, créer du lien et toucher d’un peu plus près le monde professionnel. Des rencontres qui servent d’exemple tout au long de l’année…  À ne pas oublier pour plus tard lors de vos choix de parcours.

JDA 2018

Partages, rencontres et souvenirs sont au rdv dans cette vidéo dédiée à la JDA 2018 ! A partager sans modération 📹😉

Publiée par Iut Info-com Besançon sur Mardi 9 octobre 2018

 

Le S3, pour finir l’année en beauté (ou pas)

Et si on finissait l’année avec ce S3 ? Semaines lourdes, dossiers pleins la tête pour ensuite terminer sur des partiels de gestion et de droit… Mais, qui dit S3 dit aussi challenge. Conseil aux 1A : les mots « poêles », « casseroles » et « éco-responsable » sont aux 2A ce que Voldemort est à Harry Potter. Alors soyez prudents. Le challenge interne : cette semaine chargée (comme toutes les autres du S3 finalement), où l’on croise des étudiants en plaids avec des thermos de café et des visages très éprouvés par la fatigue. Car c’est un exercice qui compte. Il met au défi le mental, la réflexion, la créativité, la rédaction, l’expression orale, mais surtout le travail d’équipe. Une épreuve difficile que chacun a su passer avec brio. Nous ne pouvons que vous féliciter… Mais ce n’est pas fini. En Janvier, les 2Num devront affronter le challenge de la Veille, pendant que les 2Pub et 2Com feront face au Challenge de la Pub, dont la finale nationale aura lieu à domicile. Et on compte sur vous pour venir soutenir Besançon…

CHALLENGE INTERNE 2018

Voici enfin la vidéo retrospective de l'événement qui a rythmé le S3 des étudiants de deuxième année… Le challenge interne 2018 en image pour vous ! 😉

Publiée par Iut Info-com Besançon sur Mardi 20 novembre 2018

 

Ce S3 n’était pas gagné mais nous avons survécu à ces jours d’acharnement. ICB c’est aussi ça, la difficulté pour ensuite progresser. Un grand bravo à vous tous. Nous pensons évidemment aux 1A et leur souhaitons « courage » puisque, dès cette semaine, ils seront en train d’écrire, non pas leur liste de Noël, mais leurs réponses aux questions des DS. Vive les partiels de Décembre !

Ce chapitre 2018 se clôture désormais pour ICB. Ce fut une année à l’image du département : « bonheur mais travail car studieux, mais soirée car amis, donc folie« . Merci pour cette année si riche en rebondissements qui n’a cessée de nous étonner et de nous vendre du rêve. En Info-Com, les années passent mais ne se ressemblent pas. Nous fermons le livre pour en ouvrir un nouveau pour commencer cette année 2019. Qui dit nouvelle année, dit nouvelle histoire…

 


En attendant ces nouveaux chapitres, bonnes fêtes à tous ! (et doucement sur le foie gras…)

Rédacteur.

Veuillez m’excuser du manque d’inspiration pour ma bio. Mais ne vous inquiétez pas, j’en aurai pour le blog…

Publié par Théo Vigezzi dans Au coeur d'ICB
1895 minutes, le temps de retrouver le 7ème art

1895 minutes, le temps de retrouver le 7ème art

Participer à un projet tutoré demande du temps et de la persévérance…Mais en créer un tout nouveau stimule la créativité et la passion de chacun. Le festival 1895 minutes résonne avec plaisir, curiosité, et passion. Une mise en commun d’idées et de valeurs afin de pouvoir concrétiser cet engouement pour le cinéma. C’est là que le festival trouve ses racines : « l’idée vient de ma grande passion pour le cinéma et j’ai trouvé ça dommage qu’il n’y ait aucun projet tutoré en lien avec ce domaine. » évoque Alice, responsable à l’origine du projet. Des passionnés de cinéma ont donc décidé de mettre en avant le 7ème art. Mais un festival ne s’organise pas en un claquement de doigts : « On a commencé à réfléchir sur le type de festival que l’on voulait, les démarches nécessaires pour créer un nouveau festival, les subventions etc. » Une fois l’équipe réunie au complet, il a fallu réfléchir au concept-même du projet : réaliser un court-métrage dans un temps imparti. Il faut savoir qu’un festival ne réside pas uniquement en un simple concept, c’est aussi un nom symbolique auquel on peut facilement s’identifier.

En parlant du nom, le festival de cinéma prouve sa créativité de par son nom atypique et captivant. Si vous avez bien suivi les cours de Monsieur Parisot, vous devez savoir pourquoi. Si l’on vous dit frères Lumière et cinéma, vous l’avez ? En effet, c’est en 1895 que naît le cinéma inspiré alors par les premières représentations visuelles des deux artistes originaires de Besançon : « 1895, c’est la naissance du cinéma avec l’invention du cinématographe des frères Lumière, qui sont nés à Besançon. 1895 minutes transformées en heure équivaut à 31h34 et 48 secondes. C’était dans notre fourchette et c’est donc parfait. » évoque Rémi, vidéo maker du projet. 31 heures et 35 minutes, c’est donc le temps qu’auront les participants pour réaliser leur court-métrage.

Teaser Festival 1895 minutes (2019)

🎞️🔥 Teaser officiel de la première édition du Festival 1895 minutes ! Rendez-vous les 26 et 27 janvier 2019 ! Le début des inscriptions arrive bientôt alors n'oubliez pas de nous suivre pour ne pas rater le top départ ! 😊 ⏱️

Publiée par Festival 1895 minutes sur Jeudi 15 novembre 2018

 

Qui dit nouvel événement dit communication omniprésente afin d’assurer la visibilité d’un festival qui était alors méconnu à Besançon. Pas une minute à perdre pour les membres du projet qui ont participé dès le début d’année à la Color Run pour se faire connaître par les étudiants. Dernièrement, nos cinéphiles infocomiens ont pu faire découvrir 1895 minutes à la presse et aux élus lors de l’inauguration des salles de la MDE le 21 Novembre : « En participant à la crémaillère des salles de co-working de la Maison des étudiants, nous avons pu présenter le projet aux élus de l’université et développer une animation sur fond vert.” se réjouit Malena, chargée de relations publiques du festival.

Ce mois-ci, nos cinéphiles se sont transformés en journalistes en allant interroger les étudiants du campus de la Bouloie. Le but était d’exposer leur énigme sur la signification de ce fameux nom de festival (maintenant vous le savez). Côté digital, 1895 minutes est bien évidemment présent sur les réseaux sociaux afin de cibler davantage d’étudiants, tout en privilégiant la proximité avec le public. Lors de la Color Run par exemple, ils étaient promoteurs de visibilité. « On a pris en photo des coureurs qui étaient sur notre stand avec des accessoires. Ces photos ont été relayées sur Facebook pour qu’ils les récupèrent et, dans un même temps, les aiment et les partagent. » nous explique Rémi. Au niveau médiatique, la presse locale suit le projet avec attention et l’équipe participe une fois par mois à une émission sur Radio Campus afin de suivre l’évolution de leur projet.

Une campagne d’affichage a été établie dans chaque lieu fréquenté par les étudiants afin de, là aussi, se rapprocher au maximum de leur cœur de cible. Créer du contact est un de leurs objectifs principaux. Ils comptent ainsi sur le bouche à oreille afin de susciter un véritable intérêt qui se traduira par une réelle participation des étudiants.


Cette communication essentielle demande là aussi une rigueur et une organisation optimale.
Ce sont à eux seuls de gérer la totalité de leur projet, une création qui les pousse à sortir de leur zone de confort. Contrairement à des projets encadrés par des professionnels, ils ont à leur charge toutes les responsabilités du festival, ainsi que les imprévus : « Il y a beaucoup d’aspects que je connaissais pas avec les stages, mais là c’est différent. Il n’y a personne derrière moi pour me dire « penses à rappeler cette personne, tu as rendez-vous ici », je le fais toute seule. Et si j’oublie, c’est peut être de l’argent qui nous échappe. » précise la présidente du festival.

Pour les passionnés de cinéma, c’est une opportunité qui leur permet de prendre conscience des bons comme des mauvais côtés que réserve le domaine de l’événementiel. Malena souhaite plus tard « jouer un rôle dans l’organisation d’un festival de cinéma en étant coordinatrice ou chargée événementielle par exemple« . Ce projet tutoré leur permet ainsi de concrétiser leurs envies et d’être convaincu de suivre cette voie. 

C’est donc un travail qui demande de la réflexion en permanence. L’IUT nous apprend à être maître de nos envies et à concrétiser nos passions. C’est avec grand plaisir qu’ils vous invitent à vous inscrire sur le lien juste ici ! Restez connectés pour suivre l’actualité de l’événement qui se rapproche à grand pas !

 


Nos passionnés ajoutent que le festival est ouvert à tous les étudiants de France ! Soyez attentifs durant les prochaines semaines, puisque de nombreuses informations concernant l’événement arriveront sans plus tarder ! N’hésitez pas à les suivre sur leurs réseaux sociaux pour être au courant de toute l’actualité de 1895 minutes. Rendez-vous le Samedi 26 Janvier à la Maison des Étudiants pour le lancement de ce festival plein de promesses…

Rédactrice qui comblera le manque d’inspiration de Théo. Ne vous inquiétez pas, je ne parlerai pas de Socrate dans les articles…

Bisous à vous, et à Mercredi prochain.

Publié par Eva Bourgin dans Au coeur d'ICB
La JDA, une histoire perpétuelle

La JDA, une histoire perpétuelle

Il était une fois la JDA…

Vendredi 23 Mars. 12h12. Toulouse. Finale nationale du Challenge de la Pub. C’est à 788 km de Besançon que François Parisot annonçait à l’ensemble des 1A la composition des projets tutorés internes, parmi lesquels figure l’organisation de la JDA. Lisa, Floriane, Clara, Thyda, Loïs, Solène et Clara Rognon étaient réjouies à l’idée d’organiser un tel projet. La joie fut cependant de courte durée. « L’ancienne équipe nous avait prévenues qu’on allait avoir beaucoup de boulot et dire au revoir à la liberté des jeudis après-midi » nous explique Thyda, légèrement nerveuse à l’idée de gérer un événement de cette envergure. Intégrer une nouvelle équipe avec laquelle il va falloir travailler très régulièrement peut aussi paraître ardu. Or, nous sommes en Info-Com. Le travail intense et la fatigue qui se faisaient ressentir au fil des semaines n’ont par conséquent pas empêcher les 7 piliers de la JDA de collaborer dans une ambiance qui était au rendez-vous. Notamment grâce aux professeurs, avec qui « il était intéressant de travailler dans un cadre différent des cours. Et non pas seulement pour nous avoir apportées des Tagadas, bien sûr que non… » Après de nombreuses journées de travail les entraînant jusqu’au bout de la nuit (si tu n’as pas la chanson dans la tête tu n’es pas un puriste), l’équipe JDA a su nous proposer un événement placé sous le signe du prolongement. Floriane explique cette idée par la volonté de conserver « ce lien entre étudiants et anciens qui reprend bien cette valeur de la ICB Family. »

JDA ICB 2018

“Prolongement” : le maître mot de la JDA 2018Venez prolonger vos années à l’IUT le temps d’une journée !Rendez-vous le samedi 6 octobre…

Publiée par Les Anciens – ICB Family sur Lundi 17 septembre 2018

 

L’accueil de nos anciens, marqué entre autres par les délicieuses chouquettes prises d’assaut par les plus gourmands, était ainsi le point de départ du lien qui nous unit tous. Car bien manger est universel, surtout pour un infocomien. Mais s’arrêter à cela serait réducteur. Toute la décoration de l’Atelier Artère nous a de suite fait comprendre  que nous allions vivre une splendide JDA. L’entrée colorée par son allée de pétales roses ainsi que la nouvelle et magnifique œuvre de la salle 3 transportaient de nouveau les anciens dans l’univers Info-Com. Comme nous le fait savoir Lisa Molière, bénévole de cette journée, « la Team JDA, Artère et les bénévoles présents depuis le début de semaine ont fait un super boulot. Tout était très professionnel et bien organisé. Rien n’a été laissé au hasard. »

 

…une cession de savoir-faire…

Le cœur de la journée résidait néanmoins dans l’échange entre anciens et actuels étudiants. L’après-midi fut donc lancée par deux conférences. Cette année,  Victor Feillant, chargé du social media et de l’influence chez Frichti, et de Guillaume Bleineau, social media manager chez Proximity BBDO se sont présentés aux 1A. Au programme : « intégration du social media par les marques » et « pouvoir du word of mouth à l’heure du social media » (autrement dit, bouche à oreille, et non « mot de bouche » pour les non anglophones). Leurs interventions ont su attiser la curiosité de l’auditoire, notamment celle de Lisa, « étonnée de voir que, malgré leur jeune âge, leur parcours est déjà bien fourni. » Les deux conférenciers ont ainsi mis en avant l’importance du social media dans notre société. Ravi de revenir à ICB, Victor n’est « jamais vraiment parti de l’IUT. » Un brin nostalgique paraît-il, mais la rigueur totale acquise ici lui a permis de devenir le professionnel qu’il est aujourd’hui. Tout comme Guillaume, aussi nostalgique que son ancien compère de la Team 2.0, qui a eu l’occasion d’exploiter ce qu’il a appris durant ces 2 ans à travers les stages et les projets tutorés. Et cela lui sert encore aujourd’hui : « Les cours de première année m’ont permis d’avoir des bases solides dans la communication. Chose idéale car, à cet âge-là, on ne sait pas vraiment ce que l’on veut faire et on ne se rendait pas encore compte de la multitude de métiers de la communication. »

 

…et de savoir-être

S’en sont suivis des échanges informels au cours desquels les étudiants ont eu l’occasion de partager en profondeur avec les sages de la communication. Ces derniers ont pu transmettre leur expérience, leurs conseils et atténuer les doutes des infocomiens au sujet de l’après ICB. Du graphisme au digital en passant par le journalisme et le marketing, tous les domaines de la communication étaient représentés. Les benjamins de la com’ ont de ce fait pris conscience qu’il n’existe pas de parcours type afin de trouver sa voie professionnelle. La JDA c’est aussi le mini job-dating made in Info-Com qui leur a permis de construire les bases de leur réseau professionnel.

Toutefois, la rédaction a repéré un ancien de l’IUT qui n’était pas seulement là pour faire part de ses conseils sur Excel mais également pour faire des photos avec ses fans infocomiens, dont nous faisions partie… Oui c’est bien lui, le maître du rétroplanning, le seul et unique Pierre Guillemard ! Tout comme Martine Devichi, notre Guigui national était très attendu par ses anciens collègues et ses disciples du tableur. Nos deux jeunes retraités retrouvaient l’osmose de leurs belles années Info-Com autour du traditionnel Tea Time. Entre deux verres de cidre, le Livre d’Or était également à la disposition des participants afin de remercier les organisateurs de cet événement digne de ce nom. Et nous aimions tellement la JDA que nous pouvions même la savourer… 

Parce qu’une après-midi ne suffisait pas pour fêter les retrouvailles à Besançon, la JDA se prolongea le soir au bar du Madigan’s où les anciens et les professeurs ont profité d’une soirée conviviale qui a conclu une journée riche en émotions. Bénéfique pour tous les participants, elle a su raviver la flamme des bons moments passés et a permis aux étudiants de prendre conscience du monde qui les entouraient. Notre fidèle équipe de la JDA, quant à elle, a su tirer le meilleur du projet tutoré. « Les sourires et les compliments que nous avons eu Samedi nous ont faites oublier tous les imprévus et la fatigue accumulée » se réjouit Clara Rognon, satisfaite d’avoir contribué au bon déroulement de cette journée. Toutes vécurent heureuses et fières d’avoir fait de cet événement un moment de partage et d’inspiration pour nos jeunes premières années.

 


Merci aux anciens, aux professeurs, aux bénévoles, à nos artistes d’Artère et à nos étudiants préférés d’avoir participé à cette journée ! Mais surtout un é-no-rme merci à cette équipe JDA 2018 pour ces souvenirs hauts en couleur. Rendez-vous dans 2 ans pour la prochaine Journée des Anciens !

Rédacteur.

Veuillez m’excuser du manque d’inspiration pour ma bio. Mais ne vous inquiétez pas, j’en aurai pour le blog…

Publié par Théo Vigezzi dans Au coeur d'ICB, La parole aux anciens