Com’ un top

Une candidature dont on se rappelle

Une candidature dont on se rappelle

Dernière ligne droite pour la recherche de stage de nos infocomiens ! En cette période intensive, CV et lettres de motivation se font et se refont sans relâche, parfois avec un brin de désespoir. « Il ne sera même pas lu de toute façon » : c’est ce que l’on pense parfois. Alors voici quelques idées afin d’agrémenter vos CV d’une petite touche personnelle.

Un CV original oui, mais je ne veux pas passer des heures dessus…

Cela peut se comprendre, une candidature originale demande du temps et de l’imagination. Néanmoins, on peut étoffer ses CV et lettres de motivation de plusieurs façons, sans forcément y passer des heures.

 

En soignant la rédaction

Des lettres de motivation qui commence par « Actuellement en DUT information-communication… », il y en a des centaines. Elles paraissent souvent un peu plates. En revanche, quand le style d’écriture est soigné, ou bien que le contenu n’est pas classique, on a toutes les chances de retenir l’attention. Comment ? En utilisant par exemple un champ lexical bien spécifique qui sera repris tout au long de la lettre.

Exemple dans le cadre d’une agence de voyage : « ­[…] Ma valise est faite. Elle contient la polyvalence nécessaire pour m’adapter aux différentes missions, une soif d’apprendre insatiable et la vivacité d’un avion de voltige. J’embarque également mon esprit d’initiative ainsi qu’une motivation sans faille pour faire de ce stage un séjour formateur et enrichissant. Je n’ai pas peur des intempéries et suis prête à m’accrocher si des zones de turbulences surviennent. […] » (Extrait de la lettre de motivation de Louna Scherrer)

 

En se familiarisant avec l’esprit de l’entreprise visée

Dans la catégorie « j’envoie quelque chose de propre sans trop d’efforts », on peut aussi penser à accorder les couleurs de son CV et de sa lettre de motivation (afin de garder une cohérence) à celles de l’entreprise visée (on peut détourner son logo, utiliser une de leurs polices phares…). S’approprier la charte graphique permettra au recruteur de sentir que vous vous êtes déjà imprégné de la structure. Si en plus de cela, vous dépeignez les valeurs de l’entreprise tout au long de votre lettre, c’est le combo assuré !

Voici l’exemple d’Anaïs Vuittenez qui a candidaté à l’agence Make My Lemonade qui propose une mode Do It Yourself :

 

 

En captant l’attention par la vidéo

Pas besoin d’être un pro en montage pour réaliser un CV vidéo (exemple de logiciels gratuits et simples d’utilisation : Imovie sur Mac, OpenShot sur Windows). Une bonne lumière, un téléphone et de la conviction dans vos paroles suffisent. Une seule règle à respecter : ne pas faire durer le tout trop longtemps et donner du rythme à votre présentation (astuce : enchaîner les cut). Si le recruteur reste scotché jusqu’au bout, alors vous aurez tout gagné. Ce format vous permettra de lui montrer votre dynamisme, votre authenticité et captera son attention tout entière.

En voici un exemple avec le Cv de Raphael Forges publié le 6 avril 2020 sur sa chaine Youtube :

Et puis, si vous êtes audacieux et avez le rythme dans la peau, pourquoi ne pas tenter une chanson qui restera dans la tête de toute l’équipe jusqu’à ce qu’on ne cède pour vous prendre ? L’idée a déjà été faites avec un résultat prenant :

(Chanson de motivation de Valérian Le Floch, postée le 10 décembre 2014 sur sa chaîne Youtube)

Dans tous les cas, réaliser ces démarches mettront en lumière vos capacités rédactionnelles, graphiques, ou encore votre aptitude à faire du montage. Mais surtout, une candidature travaillée reflète un réel investissement et une motivation avérée. (PS : on n’oublie pas de joindre un portefolio de nos réalisations passées si l’on en possède un)

 

Pour les plus créatifs…

On monte d’un cran dans la difficulté de l’exercice, mais il faut bien cela pour se démarquer !

 

Coller au secteur de l’entreprise

Si on peut coller au secteur de l’entreprise par le fond, comme vu précédemment, on peut le faire aussi par la forme. Louna par exemple a pousser le vice encore plus loin en donnant une allure de passeport à son CV :

 

Reprendre le packaging du produit

Reprendre un packaging montrera que l’on connaît bien le produit, qu’on l’a étudié pour le détourner. Le recruteur aura immédiatement un sentiment de familiarité avec l’objet. De plus, si la candidature est remise physiquement, elle procurera une attache émotionnelle toute particulière, et marquera les esprits.

               →   

On peut voir ci-dessus ma propre candidature qui reprenait la forme du magazine Maison Georges, maison d’édition jeunesse.

 

Représenter sa personnalité

On peut aussi penser à exprimer sa propre personnalité à travers le format de notre candidature. Voici notamment le célèbre exemple de Florent Hartemann, qui a savamment repris l’emballage d’un paquet de bonbons.

     (Photos tirées de l’article « Croquez pour le CV paquet de bonbon de Florent Hartemann » écrit par Alain Ruel et paru le 21 octobre 2019 sur le site CV.originaux.fr )

Tout cela parce que, dit-il : « Je ne suis pas le seul produit voulant être acheté sur un même marché : une réelle métaphore face au nombre conséquent d’étudiants voulant intégrer le peu d’entreprises offrant des postes. » L’envie de se démarquer du jeune homme s’est révélée payante. En effet, huit heures après l’avoir posté sur LinkedIn, il avait atteint le million de vues et recevait de nombreuses offres de stages (d’après l’article « Croquez pour le CV paquet de bonbon de Florent Hartemann » écrit par Alain Ruel et paru le 21 octobre 2019 sur le site CV.originaux.fr)

Le CV de Jérémie Gabarre pourra inspirer de nombreux gamers. Qu’a-t-il voulu montrer à travers cette illustration ? Eh bien qu’il était « multifonctions » et qu’il s’améliorait avec le temps, toujours selon Alain Ruel.

 

(Photos tirées de l’article « Jouez avec le CV façon manette de jeu vidéo de Jérémie » écrit par Alain Ruel et paru le 21 janvier 2020 sur le site CV.originaux.fr )

Ce genre de CV des plus originaux sortent du lot. Néanmoins, il ne faut pas oublier de montrer que l’on connait l’entreprise dans sa lettre de motivation. Une candidature peut nous représenter, mais elle doit toujours être bien ciblée !

 

Il est donc impératif d’être honnête et de rester soi-même lorsque vous candidatez. La recette est simple : mettre ses capacités en avant, montrer sa connaissance de l’entreprise et ajouter sa petite touche personnelle ! Alors, maintenant que vous êtes inspirés, à vous de séduire les recruteurs en faisant bon usage de votre créativité ! On souhaite bonne chance à tout le monde pour ces dernières semaines. Puisse le sort vous être favorable…

 

 

Perdue dans mon monde de mots, je promets d’en sortir de temps en temps, les bras chargés de lettres, que j’ordonnerai sur la page d’ICB.
Je me roule des manuscrits, bois les paroles de mes auteurs préférés, et tombe parfois en coma idyllique, au grand damne de Fiona.

Publié par Julie Fourain dans Au coeur d'ICB, Com' un top, La parole aux étudiants, Tous les articles
L’orientation après un DUT Infocom

L’orientation après un DUT Infocom

Que faire après un DUT Infocom ? Quels sont les choix d’orientation qui s’offrent à moi ? Que choisir ? Il est naturel de se poser toutes ces questions. L’année 2021 a bien commencé et la période de l’orientation approche à petits pas. Voici donc quelques éclaircissements à ce sujet, spécial infocomien.

1. La licence professionnelle 

Qu’est-ce que c’est ?

La Licence professionnelle est un diplôme professionnalisant, qui nous donne toutes les clés pour poursuivent dans la voie de la communication. En alternance ou en stage, la formation est principalement centrée sur l’acquisition de compétences au sein même de l’entreprise. Ce qui est un réel atout à mettre en avant sur le CV et auprès des futurs employeurs. L’année est principalement basée sur le format du contrôle continue qui peut parfois être accompagné d’un examen final. L’admission en licence professionnelle se fait via la plateforme E-candidat où vous pouvez créer votre compte dès mi-janvier. Surveillez cependant bien les dates limites d’inscriptions des formations qui vous concernent.

Pour qui ?

La licence pro s’adresse à ceux et celles qui souhaitent s’arrêter au BAC+3 et travailler rapidement. En effet, cette orientation offre une forte spécialisation et des apprentissages décisifs pour le milieu étudié.

Et après ?

Les diplômés d’une licence professionnelle connaissent un fort taux d’insertion dans le monde du travail. Les compétences spécifiques étudiées, représentent un réel atout pour les employeurs. Attention cependant, la licence professionnelle a pour but de vous former à l’univers du travail. Il ne vous sera donc pas impossible, mais plus compliqué de poursuivre en Bac +5.

Liste non-exhaustive des licences professionnelles en France

  • Métiers de la Communication : chargée de communication / IUT Besançon
  • LP Métiers du marketing opérationnel : chef de projet marketing et communication / IUT Besançon
  • Les métiers de la publicité /IUT Robert Schumann
  • Communication globale & numérique /Université Lyon 3
  • Métiers de la communication : événementiel / IUT Nice Côte d’Azur & IUT Belfort-Montbéliard
  • Création publicitaire / IUT Nancy-Charlemagne
  • Communication éditoriale et digitale / IUT Bordeaux Montaigne

 

2. Les écoles privées

Locaux SupdePub paris via supdepub.com

Qu’est-ce que c’est ?

L’ISCOM, L’INSEEC, L’EFAP… Vous avez forcément entendu le nom de l’une de ces écoles lors de votre formation en communication. Les écoles représentent en effet certains avantages dans le milieu, notamment au niveau du réseau et des partenariats. Celles-ci proposent principalement un Bachelor (équivalent d’une licence à la Fac) et un mastère (équivalent d’un master.) À l’issue du DUT, les étudiants sont directement admissibles pour une 3ème année en Bachelor. Certaines écoles proposent les formations en alternance dès la 3ème, mais plus couramment dès le master. Cela permet notamment de couvrir les frais onéreux de l’école. L’admission en école privée, se fait par via concours et un entretien de motivation, propre à chaque école.

Pour qui ?

Les écoles privées offrent des formations larges avec une spécialisation au fur et à mesure des années, ce qui permet de prendre le temps de s’orienter vers ce qui vous plaît vraiment.

Et après ?

Ces écoles offrent une formation jusqu’au bac +5 avec la réalisation de stages et de formation en alternance, ce qui permet là aussi, une insertion professionnelle généralement, rapide. Attention cependant, toutes les écoles ne proposent pas des formations reconnues par l’État, ce qui est notamment le cas pour les « mastères », différent des « masters. »

Liste non-exhaustive d’écoles privées de communication en France

  • L’ISCOM – Paris, Lille, Lyon, Montpellier, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Bordeaux – Alternance à partir de la 5ème année 
  • Supdepub – Paris, Bordeaux, Lyon – Alternance à partir de la 4ème année
  • Supdecom – Paris, Lyon, Montpellier, Nantes, Amiens, Brest, Grenoble, Nice, Brest – Alternance à partir de la 3ème année
  • L’EFAP – Aix-en-Provence, Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier, Paris, Strasbourg, Toulouse
  • L’ESP – Bordeau, Lyon, Paris, Toulouse – Alternance à partir de la 3ème année
  • CESACOM – Paris, Lille – Alternance à partir de la 3ème année

 

3. La Faculté et notamment la L3 Infocom

Qu’est-ce que c’est ?

La poursuite d’études dans le public et donc en université, présente également de réels avantages. Outre l’aspect financier, la faculté propose un panel de formations différentes, d’opportunités d’Erasmus, de masters, de stages ou d’alternance dans de nombreuses villes. Les diplômés d’un DUT sont directement admissibles en 3ème année de Licence à la faculté. C’est notamment le cas pour la L3 Information-Communication de la faculté des lettres de Besançon avec qui le département a un accord. La Licence et le Master obtenus par l’université, sont également tout deux reconnus par l’état. Pour candidater, il vous faut là aussi, vous inscrire sur la plateforme E-candidat.

Pour qui ?

Que vous souhaitiez continuer en communication ou vous tourner vers un autre domaine, les universités ouvrent leurs portes à beaucoup d’étudiants et l’accès reste généralement facile. Vous y trouverez une formation plus large et théorique, qu’une licence professionnelle par exemple.

Liste non-exhaustive de Licence information-communication en France 

Besançon, Dijon, Paris, Montbéliard, Nice, Toulouse, Pessac, Montpellier, Béziers, Rennes, Echiroles, Saint-Etienne, Angers, Nancy…

 

4. La voie spécifique du CELSA

Qu’est-ce que c’est ?

Le CELSA, l’école des hautes études en sciences de l’information et de la communication, interne à Sorbonne Université à Paris, est une école publique prestigieuse. Celle-ci propose de nombreuses formations de haut niveau en journalisme, médias, marketing, publicité…L’admission est cependant, exigeante de par le niveau d’enseignements et les nombreuses candidatures.

Comment candidater ?

Il existe 2 modes de recrutement possibles. Il y a la voie générale, avec un taux de réussite d’environ 7 %. Cela passe tout d’abord par un dossier de d’admissibilité et une épreuve écrite. Si l’étudiant est retenu, il pourra passer l’entretien de motivation. Il y aussi une voie spécifique d’entrée en L3 pour les étudiants en infocom qui après sélection du dossier de motivation et des notes, sont dispensés de l’épreuve écrite et peuvent donc directement passer l’entretien. Les résultats sont donnés au mois de juillet, pour la session de 2021, qui a déjà été entamée. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à rentrer en contact avec vos professeurs, et surveiller les dates limites.

 

5. Le DUCIS

 Qu’est-ce que c’est ?

Le DUCIS (Diplôme Universitaire de Communication Internationale Spécialisé), s’inscrit dans le programme Erasmus +. Les étudiants en DUCIS passent une année au sein d’une université étrangère, partenaire à celle de l’IUT. Ils se donc forment pendant 1 an en communication et dans la langue du pays.

Comment candidater ?

Il faut s’y prendre en avance pour la candidature en DUCIS. La pré-inscription se fait entre octobre et novembre auprès du chef du département et de votre professeur coordinateur de votre destination. S’en suit la candidature officielle en fin d’année avant de recevoir les résultats courant février.

Et après ?

Au-delà de la découverte d’une nouvelle langue, d’une nouvelle culture, d’un nouveau réseau et l’indépendance que cette expérience vous apporte. Elle est aussi très appréciée par les écoles et les employeurs. Une année à l’étranger, c’est un peu comme la cerise sur le gâteau à mettre en valeur sur votre CV. Attention cependant lors de la poursuite d’études après un DUCIS. Les écoles n’acceptent pas forcément les étudiants de DUCIS directement en 4ème année, lors du retour en France. Veuillez à vous informer des modalités auprès des établissements et des formations pour l’orientation après un DUCIS.

Liste des universités partenaires de l’Université de Franche-Comté, qui proposent un DUCIS en communication :

– Allemagne (Mosbach)

– Autriche (Graz)

– Belgique (Anvers et Gent)

– Espagne (Madrid, Murcie, Malaga et Alicante)

– Irlande (Athlone)

– Lituanie (Vilnius)

– Malte (La Valette)

– Pays-Bas (La Haye et Maastricht)

– Pologne (Varsovie)

– Roumanie (Brasov)

 

6. Une année de césure

Le choix d’orientation n’est pas dû pour tout le monde. Il est normal de sentir perdu dans son parcours d’étudiant qui peut parfois être semé, de quelques embûches. Une année de césure peut être une option à envisager si vous ne vous sentez pas encore prêt pour faire un choix d’orientation. Cela peut vous permettre de vous interroger sur ce que vous voulez vraiment faire. Quel domaine ? Quelle formation ? Qu’est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin ? Vous pouvez aussi profiter de cette pause pour gagner de l’expérience dans le monde professionnel, économiser de l’argent, être bénévole, faire un service civique, un VIE (volontariat international en entreprise) ou bien-même voyager (sans covid on espère.) Bref, prendre du temps pour vous.

Nous espérons que vos esprits infocomiens se sont éclaircis, à propos de l’orientation après un DUT Infocom. Prenez le temps de faire le point, sans mettre de côté le S4 ou la recherche stage ! (sorry)

Bon courage à tous, et on garde le sourire 😊

 

Rédactrice.

Je vous propose du contenu « pur beurre », qui j’espère satisfera le gâteux d’ICB, M.Falomir. Ne soyez cependant pas trop ébaudis, si vous croisez vos rédactrices préférées à la Fontaine , beurrées comme des petits LU…n’est-ce pas Julie ?

Publié par Fiona Guatieri dans Com' un top
Les petits gestes bien-être du quotidien

Les petits gestes bien-être du quotidien

Alors qu’une nouvelle année s’offre à nous, il est temps de repartir sur de bonnes bases. Confinés ou non, ces petits gestes à mettre en place au quotidien te permettront, on l’espère, d’améliorer ton bien-être et ta bonne humeur à la maison. Plongeons ensemble dans la journée d’un Infocomien épanoui :

 

7h30 : Réveil

L’infocomien se lève un peu avant les cours, dans une chambre illuminée de bleu. En effet, les longueurs d’ondes rouges sont propices à la production de mélatonine par l’organisme. Elles favorisent donc l’endormissement. La lumière bleu a quant à elle l’effet inverse. Elle est donc parfaite pour le réveil. Celui-ci d’ailleurs ne sonnera qu’une seule fois et hop ! Sortie du lit définitive, sans perte de temps. Un peu rude, certes, mais avoir un rythme de sommeil est bénéfique. Si tes heures de lever et de coucher restent les mêmes tous les jours, ton horloge biologique finira par se régler toute seule. Il t’arrivera même de te réveiller quelques minutes avant cette affreuse sonnerie et de ne plus la redouter.

Une fois debout, c’est à toi de te motiver : cette journée sera agréable, persuade-en toi. L’une des meilleures façons de le faire, c’est de penser par exemple à trois choses positives qui t’attendent. « À midi, je m’octroierai une pause pour regarder une vidéo », « J’irai courir au soleil après les cours »…  Désirer ces instants ne les rendra que plus succulents, et ceux-ci deviendront un objet de motivation.

Quoi de mieux ensuite qu’une mise en train musculaire, avec un peu de yoga ? La posture du chat, celle du chien tête en bas et celle de l’enfant sont faciles à réaliser et permettent d’éveiller le corps sans le brusquer. Découvre ici comment exécuter ces positions. Pour démarrer la journée du bon pied, pourquoi ne pas agrémenter ce moment de décontraction par ta musique préférée, afin d’être de bonne humeur dès le matin ! Pendant ce temps, profites-en pour renouveler l’air de ta chambre et apporter de la fraîcheur en aérant.

Une fois ces petites étapes faites, voilà l’heure de… faire son lit ! Oui, pas la tâche la plus fun, mais une des plus utiles, bien qu’on ne le sache pas toujours. Si tu passes beaucoup de temps dans ta chambre, notamment en cette période, ton lit est presque ton compagnon de vie. Or, ceux qui le mettent en ordre sont plus joyeux et productifs dans la journée, selon une étude menée par la National Sleep Foundation. Moins ta chambre sera rangée, plus ton esprit sera embrouillé. Alors à toi de le purifier !

 

7h40 : Petit-déjeuner et préparation

Il est préférable de prendre son petit-déjeuner avant les cours, afin de bien séparer ces deux activités et prendre le temps de l’apprécier. Pour un petit-déjeuner qui te maintiendra en forme toute la matinée, opte pour des fruits riches en fibres et vitamines, des céréales ou du pain complets, du thé ou encore du café pour l’énergie. (Si cela t’intéresse, tu retrouveras plus d’informations ici). Il peut être intelligent de préparer son repas (sans compter le frais évidemment) et sa tenue la veille. De cette façon, le matin venu, pas besoin de courir. Cela réduira le stress à l’endormissement, et tu pourras t’accorder un petit temps de tranquillité avant le début des cours.

Vient ensuite l’étape de la préparation. Même en travail à distance, s’habiller permet de garder une bonne santé psychologique. Aller en cours en temps normal implique de déjeuner, se laver les dents, s’habiller… C’est un rituel intégré par le corps et l’esprit, qui fait que l’on se sent apte au travail. Si ces habitudes se trouvent bousculées, tu peineras certainement à trouver ton sérieux car tu seras plongé dans un cadre qui ne favorisera pas la concentration. Et puis, porter une tenue que l’on aime à la maison est valorisant. Pas besoin d’être en beauté pour quelqu’un quand on peut se faire beau/belle pour soi-même.

 

8h : Les cours

Afin de ne jamais manquer les cours par inattention, regarde simplement ton emploi du temps la veille. Ne pas être pris au dépourvu permet de ne pas angoisser. Si tu es manuel, rédige carrément celui-ci à la main. Il sera bien pratique de l’avoir toujours devant les yeux au-dessus de ton bureau, et tu l’auras bien en tête dès le début de la semaine. Tu peux suivre ce petit tuto pour t’aider à le mettre en place :

Comment t’organiser pour gérer tous tes projets sereinement ? Pourquoi ne pas les noter sur papier et l’accrocher à côté de ton emploi du temps ? Les listes aident à garder l’esprit clair sur ce qu’il reste à faire. Si cela ne suffit pas pour t’y retrouver, inclus sur l’emploi du temps des plages horaires dédiées à la réalisation de chaque travaux et essaye de t’y tenir. Il est intéressant d’identifier les tâches précises à effectuer. En les réalisant petit à petit, tu auras l’impression d’avancer, plutôt que de fixer un nom de projet qui semble figé. En effet, rayer une activité donne un réel sentiment d’accomplissement. Au lieu de stresser sur ce qui n’est pas fait, sois heureux et fier d’avoir fini une mission.

Il faut donc consigner l’état d’avancement du projet, et en faire part aux autres membres du groupe, en organisant des réunions en visioconférences par exemple. Elles permettent de faire le point, de se débloquer mutuellement et également de garder un contact social agréable. Pour te faciliter la vie tu peux aussi utiliser le site Trello pour répartir et suivre l’évolution des tâches.

Autre astuce : Si tu as peur de rendre un travail en retard, organise-toi comme si le projet était à rendre une semaine à l’avance. Cela laisse une marge en cas de problème et le projet sera assurément bouclé dans les temps. Aussi, si un sentiment de lassitude te vient en travaillant trop longtemps sur le même type de support, tu peux alterner ordinateur et papier si possible, ou encore tâches rédactionnelles et graphiques.

Et pour les stages ?  L’essentiel est toujours de se fixer des objectifs. Ne laisse pas les refus te décourager. À côté de ton emploi du temps et ta liste de projets détaillée, ajoute tes objectifs de la semaine. « Envoyer deux CV et deux lettres de motivation cette semaine », « Appeler telle liste de numéros »… Ce processus t’encouragera à garder la motivation.

 

12h : Repas du midi

Comme pour le petit-déjeuner, il est préférable de ne pas faire autre chose en mangeant. Être entièrement concentré sur son repas permet de mieux l’assimiler. Les saveurs sont mieux dégustées et l’on est plus à l’écoute de son corps pour les quantités. Tu connaîtras une sensation de satiété qui est souvent plus éphémère lorsque l’esprit est tourné ailleurs, car le cerveau n’a pas conscience de tout ce qui a été ingéré. Évidemment, le meilleur repas se veut équilibré ! Voici un schéma de la composition d’un repas idéal :

Attention, les apéros-visio d’infocomiens restent autorisés, un esprit sain dans un corps sain… et hydraté bien sûr !

 

15 h : Se détendre

« Trop de projets à rendre, je sur stress ! » Alors quand s’offrir une pause détente ? Le faire après les cours peut paraître séduisant, mais c’est là où le cerveau est au maximum de son attention, comme le montre le graphique. Ce moment est donc opportun pour travailler, tout comme vers 10h le matin. En revanche, la vigilance commence à décliner durant la pause de midi avec un pic descendant à 15h et juste après le repas du soir. Ces tranches horaires peuvent se révéler parfaite pour arrêter de se battre avec ses cours et prendre un temps pour soi.

Pour se détendre, plusieurs solutions existent : le yoga, cité précédemment, la méditation, le sport… Ce dernier est en tout point bon pour le moral. Il améliore l’oxygénation cérébrale et booste donc ton cerveau, de plus, la production d’endorphines augmente la sensation de plaisir et fait diminuer les hormones du stress. Tout bénéf’ donc. Les exercice de respiration, facilement trouvables sur internet, représentent aussi une bonne solution pour retrouver le calme et apaiser ses angoisses. Enfin, le coloriage peut être un bon moyen d’échapper aux écrans, aux mots et de se vider la tête de manière colorée.

 

23h : L’heure du coucher

Avant de dormir, il est nécessaire de couper les ponts avec les cours. Le travail à distance efface les barrières, alors à toi de t’en mettre de nouvelles pour te préserver. Avant de dormir, le mieux est d’éviter les écrans et de préférer lire par exemple. Mais si un film ou une série te tente, alors fait en sorte que ce ne soit pas trop stimulant afin de ne pas perturber ton sommeil.

Si tu n’as pas envie de lire, ni de t’abîmer les yeux sur un écran, tu peux aussi opter pour de la musique relaxante ou des podcasts audios qui sont en expansion sur les plateformes de musique. Pour finir, tu peux chaque soir noter les choses que tu as appréciées dans ta journée. Voir ce qu’il y aurait à améliorer éventuellement, mais surtout dresser un bilan positif. De cette façon, tu te rendras compte que chaque journée, par les petits moments de bonheur qu’elle comporte, en vaut la peine.

 

Notre infocomien aura un emploi du temps chargé s’il décide de mettre en place tous ces conseils. Néanmoins, si quelques-uns peuvent véritablement changer le cours de sa journée et apporter ne serait-ce qu’une once de bien-être supplémentaire, alors il faut les saisir. Pour être épanoui, un étudiant doit d’abord se sentir bien dans son quotidien !

 

 

Perdue dans mon monde de mots, je promets d’en sortir de temps en temps, les bras chargés de lettres, que j’ordonnerai sur la page d’ICB.
Je me roule des manuscrits, bois les paroles de mes auteurs préférés, et tombe parfois en coma idyllique, au grand damne de Fiona.

Publié par Julie Fourain dans Com' un top, La parole aux étudiants, Tous les articles
LinkedIn : apprendre à rester in link

LinkedIn : apprendre à rester in link

LinkedIn est le premier réseau social professionnel, avec un peu moins de 20 millions d’utilisateurs en France. Ne soyez pas effrayés par le mot « professionnel ». En effet, dès lors que vous désirez avoir un contact avec le monde du travail, ce réseau est un must-have. Alors, à quoi sert-il, et comment l’utiliser efficacement ?

LinkedIn permet d’enrichir ses connaissances tout en suivant l’actualité marketing et publicitaire. Mais c’est surtout un incroyable outil pour développer son réseau professionnel. Plus celui-ci est étendu, plus il est facile d’aller puiser dans ses ressources afin de trouver un stage par exemple. De plus, les jeunes étudiants ont la possibilité de s’appuyer sur le réseau des anciens, et de leur demander de précieux conseils. LinkedIn sert également à étendre son e-réputation, et à construire son personal branding.

 

Étendre son réseau pro

Avec qui entrer en relation ? Tournez-vous tout d’abord vers des personnes proches de vous, vos amis, votre famille. Pensez également aux étudiants de votre promo ou des années précédentes, aux profs ou anciens profs, et aux collègues rencontrés au cours de jobs étudiants ou de stages.

Il est aussi possible de se connecter avec des 2ème contacts (un contact en commun avec vous) et des 3ème (aucun contact commun). Il peut s’agir de personnel travaillant dans une entreprise que vous suivez. Dans ce cas, il est important d’écrire un petit mot indiquant vos attentions à celui avec qui vous voulez entrer en relation. Il reste tout de même judicieux de rechercher quels sont les personnes qui partagent un contact commun avec vous. Cela représente un bon moyen de lancer la discussion.

 

Un outil pour développer son personal branding

Créer son profil sur LinkedIn, c’est avant tout mettre en œuvre son personal branding. Qu’est-ce que cela signifie ? Le personal branding vise à promouvoir un maximum sa personne, à l’élever au rang de marque. Tout cela en utilisant un ensemble de moyens techniques et communicationnels pour mettre en avant sa personnalité, ses compétences, son secteur de prédilection… Ce processus est très utile sur le marché professionnel. En effet, vous avez tous les bénéfices à travailler votre image et à vous mettre le plus possible en avant.

 

Comment bien compléter son profil ?

Bien choisir ses photos

Plusieurs points sont indispensables afin d’avoir un profil complet. Tout d’abord, vos photo, de profils et d’arrière-plan, doivent être bien choisies. Il est conseillé d’avoir une photo de profil plutôt neutre, avec un fond sobre. Mais un sourire, une mise en scène professionnelle sont les bienvenus. Si vous le souhaitez, il est aussi possible de faire ressortir une passion, qui peut-être un plus suivant le domaine professionnel que vous visez (attention tout de même à laisser le visage bien visible). Ci-dessous, des exemples avec le dessin ou encore la photographie.

  
(Profil LinkedIn de Fanny Maréchal)                            (Profil LinkedIn de Claire Rouchon)

 

La photo de couverture doit également vous représenter. Montrer votre formation, votre domaine préféré, une œuvre que vous affectionnez si vous êtes amateurs d’art… Tout en gardant toujours à l’esprit vos objectifs professionnels.

 


(Profil LinkedIn de Lilou Cognet)

 

Développer l’information

Pour ce qui est du contenu, il faut bien entendu saisir son poste actuel qui s’affichera juste sous la photo de profil. N’oubliez pas que la formation DUT infocom (bientôt BUT) n’est pas connue de tous. Il faut donc expliquer les compétences que vous acquériez au cours de celle-ci, votre parcours passé et vos envies pro dans les Infos. Cela permettra à un éventuel recruteur de cerner tout de suite vos capacités et vos souhaits d’avenir. De même du côté des formations et expériences pro. Le nom d’une entreprise ne suffit pas, il est plus pertinent d’expliciter les tâches effectuées. Enfin, pensez à indiquer au moins trois compétences, et le niveau de langue.

Faire ressortir sa personnalité

Afin que votre profil soit plus qu’une liste de formations, il est important de montrer la personne que vous êtes, vos passions, vos aspirations pros. Pour se faire, il est intéressant d’agrémenter la rubrique Centres d’intérêt en suivant les pages qui vous intéressent (entreprises, marques…). Pensez également à mentionner vos expériences personnelles, dans la rubrique bénévolat par exemple. De plus, caractériser ce qui vous anime, le secteur que vous rêvez d’intégrer, voir le poste visé dans Infos montrera votre motivation.

 

Comment faire vivre son LinkedIn ?

Une fois son profil créé, le compte ne doit pas être laissé à l’abandon. Réagir à des publications, laisser des commentaires, partager des contenus qui ont suscité votre attention, des actualités de son école, des événements auxquels on a pris part… Toutes ces actions vous apporterons une certaine visibilité et témoigneront de votre dynamisme et de votre investissement. De plus, il faut bien sur penser à mettre à jour son profil dès qu’une nouvelle formation, expérience, ou encore compétence s’ajoute.

Évidemment, il est encore plus valorisant de produire son propre contenu. Travaux graphiques, book photos, parodies de pub, sont autant d’idées qui peuvent mettre en lumière votre talent. Et si vous avez travaillé pour quelqu’un, demandez à vous faire recommander. Plus les recommandations à votre égard seront nombreuses, plus votre nom remontera dans le moteur de recherches.

 

Prenons l’exemple de Jules Grosjean, passionné de graphisme. Il a l’excellent réflexe de poster chacune de ses créations sur LinkedIn, et a déjà reçu de nombreuses recommandations.

 

 

 

         

 

Ces productions personnelles peuvent même parfois être relayées par d’autres pages bien plus importantes ! C’est par exemple le cas de Tristan Bonnamy. L’ancien Infocomien a réalisé il y a peu une campagne d’affichage fictive pour la marque de vêtements responsables Patagonia. Il ne s’attendait pas à ce que le célèbre compte J’ai un pote dans la com (présent sur Instagram, Facebook et LinkedIn avec une moyenne de 149,5K abonnés par page) partage son projet. Une belle surprise, qui lui a valu un total de presque 1­6 000 vues.

 

     

 

Vous êtes plutôt manuel ? Pas de soucis !

 

 

 

 

Prenons l’exemple de Léna Clerc, qui a pris le parti de fournir un CV très original à l’agence de communication Pamplemousse (3K abonnés). La jeune fille s’est aperçue avec plaisir que celle-ci avait posté des photos de sa réalisation sur LinkedIn. Encore une superbe occasion de se faire connaître.

 

 

 

En somme…

Afin de pouvoir retirer tous les bénéfices de LinkedIn, il faut donc bien compléter son profil, le mettre à jour régulièrement et être actif au niveau des publications. Il est aussi important de saisir toutes les opportunités pour élargir son réseau, et entretenir le lien avec celui-ci (comme le disait si bien Jean-Baptiste dans notre Love Story Infocom). Tu souhaites découvrir des astuces encore plus précises ?
C’est ici !

 

LinkedIn n’a maintenant plus de secrets pour toi, alors il ne te reste plus qu’à appliquer ! Qui sait, peut-être que le chargé de com de Burger King passera par là et restera époustouflé devant ton compte… Il ne tient qu’à toi de forcer le destin 😉

 

 

Perdue dans mon monde de mots, je promets d’en sortir de temps en temps, les bras chargés de lettres, que j’ordonnerai sur la page d’ICB.
Je me roule des manuscrits, bois les paroles de mes auteurs préférés, et tombe parfois en coma idyllique, au grand damne de Fiona.

Publié par Julie Fourain dans Au coeur d'ICB, Com' un top, Tous les articles
[TOP#12] Les résolutions d’un infocomien

[TOP#12] Les résolutions d’un infocomien

Cette année…

    1. Je reprends le sport

LA résolution que l’on retrouve chaque année. Ne vous demandez pas pourquoi vous avez raté votre bus ce matin en allant à l’IUT. Et bien sûr, impossible de courir pour le rattraper… Vous les sentez ? Eh oui, les kilos en trop sont là. Merci aux fêtes de Noël (ou plutôt au foie gras, à la bûche et les verres de trop). Maintenant que ceci est derrière nous, le moment est venu… Après des jours de plaisir intense, il est temps de vous reconnecter aux salles de sport de Besançon. On les sent venir aussi, les excuses pour ne pas tenir votre résolution sportive.

 

    2. Je mange équilibré

Vous vous en mettez tellement plein le bide pendant les fêtes qu’une fois le 31 Décembre passé, votre estomac (et votre jogging) craque. Il est très facile à ce moment-là de dire « je ne mangerai que des légumes, et tous les jours », « adieu les pizzas et les frites ». Sauf que ça dure… 3 jours. Après, votre pote vous appelle : « Big Ban ce soir ? ». Vous ne pouvez résister. Mais vous pouvez le faire, vous pouvez faire redescendre ce cholestérol. Courage, chaque légume compte.

 

    3. Je trouve un stage

Evidemment, certains y pensent depuis des mois ou l’ont même déjà trouvé… et d’autres commencent seulement à entreprendre des démarches, voire à se poser des questions uniquement en Janvier. Vous l’avez tous dit à Noël : « Promis Maman, je ferai aujourd’hui ma lettre de motivation, et finirai mon CV »… Sauf que vous vous êtes complètement perdus entre votre téléphone et le dernier épisode de Black Mirror. Il est grand temps d’arrêter de vous raconter des bêtises et d’agir enfin. Parce que ce n’est pas le Père Noël qui vous a franchement aidé dans vos recherches.

 

    4. J’économise de l’argent… pour le voyage de deuxième année

Autrement dit, je ne m’endette plus à la machine à café de la cafet’. Faire les comptes en Janvier c’est se rendre compte que la dernière fois que vous avez fini un mois sans être à découvert, vous ne connaissiez encore pas Google Drive. Il est aussi de votre devoir de penser à demain : poursuite d’études post-ICB, futures vacances, nouveaux projets, pensez-y. Cela peut avoir un coût conséquent donc anticipez-le. Car les problèmes naissent toujours d’un manque d’anticipation.

 

    5. Je sors moins

Traduction : je fréquenterai davantage la salle co-working que la Fontaine. Et cela vous permettra déjà d’économiser de l’argent. Après des vacances de Noël rythmées par de nombreuses soirées, vous vous dîtes « 2019, – de soirées + de travail ! »... Pourtant, cette idée change vite lorsque l’on vous propose d’aller boire un verre avec tous vos amis bisontins que vous n’avez pas vu des vacances.

 

    6. J’organise mieux mes cours

Organisation. Ce mot vous dit quelque chose ? « J’anticipe mes partiels », « je fais mes devoirs en avance », « je ne rate aucun amphi », « je fais des fiches » etc… On les connaît. Vous avez acheté des fiches Bristol pour tenir ces résolutions ? Il serait peut-être temps de vous acheter de la sincérité envers vous-même… Ces pseudo promesses que vous allez tenir trois semaines ça vous connaît… donc arrêtez de vous mentir à vous-même et jetez ces fiches que vous n’utiliserez sans doute jamais. Après tout, c’est pour vous et votre DUT…

 

    7. Je deviens un as des fourneaux

On connaît tous ce fameux cadeau qui nous pousse à réfléchir sur notre manière de cuisiner : le livre de recettes offert spécialement par notre grande tante… « Oh merci beaucoup, je vais pouvoir enfin me mettre à cuisiner ! ». FAUX. Arrêtez de vous mentir puisque, dès la rentrée, vous remplacerez ce livre par Deliveroo ou Uber Eats. Ah ça vous parle mieux ça ? Alors ne vous prenez pas pour Cyril Lignac et retournez sur votre canapé en acceptant la réalité.

 

    8. J’arrête de fumer… pendant une semaine

Dire que vos proches voulaient que vous arrêtiez est un euphémisme. Bon c’est la sixième année que vous essayez d’arrêter de fumer mais rien n’y fait. Cigarettes électroniques, patchs, hypnose, nicorette, le S3, le sport, le yoga, vous avez tout essayé. Fin, vous avez sûrement réussi à ne pas fumer… pendant une semaine, car vous étiez à découvert et sans paquet de cigarettes.

 

    9. Je deviens éco-responsable… comme Cristel

Là on touche un point très important. On ne veut pas passer pour Greenpeace, mais l’environnement est devenu une urgence pour notre génération. Eh oui, vous faîtes aussi de belles promesses à votre planète…Au début ça commence par du tri, prendre le vélo ou marcher à pied… Puis, votre flemme rattrape cette envie verte. Ne vous laissez pas dépasser par la tonne de choses à faire, et motivez-vous à respecter vos engagements. Ça commence par des petits gestes simples qui ne vous prennent pas trop d’énergie !

 

    10. J’arrête de faire des résolutions que je ne tiendrai pas

Il reste une ultime solution : vivez votre vie comme vous l’entendez et ne vous soumettez pas aux diktats populaires. Néanmoins, si vous toussez à la moindre accélération, que vous n’avez pas votre semestre, que vous êtes à découvert : ces résolutions vous sont probablement utiles…

 


Pour finir, nous vous souhaitons une excellente année 2019 ! Riche en fous rires, en diaporamas mais surtout marquée par les moments  à la Fontaine et bien d’autres… Profitez des instants ICB et gardez le meilleur. Essayez aussi de respecter vos résolutions, celles qui comptent le plus pour vous !

Rédactrice qui comblera le manque d’inspiration de Théo. Ne vous inquiétez pas, je ne parlerai pas de Socrate dans les articles…

Bisous à vous, et à Mercredi prochain.

Publié par Eva Bourgin dans Com' un top
[TOP#11] Comment survivre au S3 ?

[TOP#11] Comment survivre au S3 ?

    1. Gérez votre emploi du temps !

Regarder son application pour connaître l’emploi du temps de la semaine ne suffit plus… Il est grand temps de définir vos réelles priorités ! Bien évidemment, nous parlons de priorités tournées vers le travail infocomien (il en existe bien d’autres). Définir vos objectifs de la semaine avant de la commencer vous aidera à réussir ce que vous vous étiez promis de faire. Pensez également au journal régulier avec de simples petites listes qui vous rappelleront vos objectifs de base afin de ne pas perdre du temps ailleurs.

 

    2. Les problèmes naissent d’un manque d’anticipation, prenez de l’avance sur vos projets 

« Il y avait un dossier à rendre pour demain ? », « Le contrôle est cet après-midi ?! », « Il fallait rendre l’exercice ? », vous vous reconnaissez ? (chapeau à ceux qui ne l’ont jamais dit ou pensé). Anticiper est le verbe essentiel, surtout au semestre 3 ! Si vous devez rendre un projet dans les deux semaines qui suivent, ne vous laissez pas avoir par la quinzaine de jours à vous faire ensevelir par les autres travaux à rendre. Faîtes ce que vous avez à faire, commencez à y réfléchir et à vous organiser (créez de suite un drive, votre meilleur collègue de travail). Ce sera des choses à faire en moins lorsque vous travaillerez tous ensemble sur ce travail ! Et soyez également proactifs en cours, cela vous fera gagner du temps précieux !

 

    3. Construisez de bonnes équipes de travail

Choisir une équipe de travail qui vous ressemble avec le même rythme de travail et le même état d’esprit est aussi important que de choisir le goût de sa pizza. La cohésion de groupe compte énormément dans l’avancement des projets. Et devinez quoi ? Au S3, les travaux collectifs ne manquent pas. Apprendre à compter sur les autres autant que sur soi-même demande un engagement annuel. Si vous avez trouvé chaussure à votre pied, vous pourrez tous ensemble aller, dans la joie et dans la bonne humeur, travailler à l’IUT durant tous les jeudis après-midi !

 

    4. Achetez une quantité illimitée de fiches Bristol

Il reste un peu plus d’un mois avant l’arrivée des DS. D’ici là, il vous faudra peaufiner vos connaissances à l’aide des inévitables fiches Bristol. A l’heure des révisions, ces fiches sont de véritables aides pour les partiels ! Grâce à leur petit format et leur rigidité, vous pouvez les transporter partout, ce qui vous permet de réviser n’importe où : à bord de la ligne 3 ou du train, dans un bar ou aux toilettes, aucun lieu ne peut désormais y échapper… Pour réviser efficacement, soyez synthétique dans vos fiches. Faîtes de beaux schémas et mettez-y vos plus belles couleurs pour stimuler votre mémoire visuelle ! Alors faîtes-en un énorme stock pour l’année !

 

    5. Faîtes de la salle co-working, la salle 202 et la BU votre 2ème maison

Votre appartement ne vous convient pas ? L’IUT a ce dont vous avez besoin. Alors ne cherchez plus : tables, livres, chaises, imprimantes et des Macs (quand il en reste), voilà ce qu’il vous faut. Ne vous étonnez pas si, durant le S3, vous apercevez des personnes en plein sommeil en salle de co-working à 8h du matin… Jour et nuit (et tous les jeudis après-midi), notre cœur bat pour ces lieux très fréquentés. Des endroits qui forgent l’esprit d’équipe, créés spécialement pour votre bien-être. Alors, si vous êtes en 1A, commencez déjà à réserver vos salles de travail (ou plutôt vos nouvelles chambres), vous n’êtes pas à l’abri d’amener plaids et tentes… 

 

    6. Commencez à chercher votre stage de deuxième année… en première année

Le stage de deuxième année se fait entendre dès la fin de la première année. Alors petit conseil : une fois votre premier stage acquis, commencez déjà à réfléchir au deuxième… Vous pensez avoir le temps l’année prochaine ? Entre les projets à rendre, les oraux et les deux challenges, la recherche de stage s’annonce bien plus délicate que vous ne le pensez. Pour vous guider dans votre recherche de stage, nous vous conseillons de vous rendre sur la page dédiée aux stages chez ICB !

 

    7. Faire un S3 en Espagne, un moyen d’éviter le grand froid franc-comtois

Durant le S3, le froid et le temps morose de Besançon peuvent nuire à votre moral. Pas de panique. Vous n’étiez peut-être pas au courant, mais éviter le grand froid franc-comtois est possible. Grâce à son réseau de partenaires étrangers, l’IUT vous permet de réaliser votre semestre 3 à l’étranger. Avec ICB, vous avez la possibilité de vivre 4 mois dans le pays de la paella, du flamenco et des tapas : l’Espagne ! À AlicanteMalagaMurcia ou Saint-Jacques-de-Compostelle, vous aurez la chance de devenir un véritable étudiant hispanique. Là-bas, vous suivrez un cursus en adéquation avec vos projets professionnels et les compétences acquises en Info-Com. Pour les 1A éventuellement intéressés par ce semestre espagnol, prenez contact avec le service des Relations Internationales de l’IUT et Madame Gainet afin d’être guidé du mieux possible. C’est une excellente opportunité pour vous d’approfondir vos connaissances en communication tout en découvrant une nouvelle culture et en forgeant votre ouverture d’esprit.

 

    8. Révisez le droit dès la fin du S2

Au lycée, les professeurs vous disaient sûrement de réviser l’histoire-géographie avant même le début de l’année. Avec le droit c’est pareil. Il vous accompagnera tout au long de votre semestre… et surprise : vous n’avez plus seulement à réviser les CM… parce que les cours de TD s’y rajoutent ! Dès la fin du dernier partiel de droit au S2, commencez à préparer vos cours de S3. Vous pouvez commencer par taper « Droit de la propriété intellectuelle » ou encore « Déontologie » sur Google afin d’avoir un avant-goût de la sauce avec laquelle Monsieur Maujean va vous manger…

 

    9. Prendre un cuisinier particulier pour le soir (ou Deliveroo pour les moins motivés)

Pour certains, cuisiner est un plaisir quotidien permettant d’oublier l’espace d’un instant l’IUT. Pour d’autres, cuisiner après une intense journée de cours est une tâche qui demande beaucoup d’efforts. En tant qu’infocomien, il vous faudra aussi travailler le soir. Sauf que nous sommes au S3. Oubliez les soirées Netflix ou les soirées foot. Bonsoir les cours de web marketing, les projets de créa et les nombreux dossiers à rendre qui ne vous lâcheront pas. Vous aurez donc très peu de temps pour remplir sainement votre estomac. Mais une solution existe : recruter un cuisinier. Si vous avez un/une coloc’ qui aime manier les casseroles pour préparer des plats savoureux, c’est pile poil ce qu’il vous faut (les 2A vous l’avez ?). Pour les moins chanceux – et les moins motivés – il existe Deliveroo, un service de livraison de plats cuisinés par les nombreux restaurants bisontins. Mais cela est non sans risque pour votre compte bancaire… Alors à vos fourneaux, car il vous faudra des forces pour aller au bout du semestre !

 

    10. Changez-vous les idées, parce qu’il n’y a pas qu’ICB 

Info-Com est une de vos raisons de vivre, c’est certain. Toutefois, prendre un peu de recul et faire d’autres choses est nécessaire… Chaque jour, grâce à Campus Sport, vous bénéficiez notamment d’activités sportives gratuites proches de notre lieu de travail ! Apprenez aussi à vous relaxer et à penser à autre chose pour revenir en pleine forme et être plus productif que jamais. Le sport, la lecture, la sieste (car dormir est primordial), l’art et la musique sont entre autres des moyens efficaces pour gérer l’intensité du S3. Vous pourriez penser que vous êtes trop fatigués ou que vous n’avez pas le temps de le faire, mais cela vous donnera plus d’énergie que vous n’en avez besoin. Bien sûr, les soirées du jeudi soir vous aident également à vous détendre avec modération (à TROP vous détendre pour certains…). Nouveauté cette année, les ateliers Zen’études qui se dérouleront pendant les mois de Novembre et de Décembre. Vous trouverez le lien pour vous y inscrire juste ici.

 


Même avec tous ces conseils, le S3 s’avérera d’une grande intensité. Mais vous le savez, il n’y a pas de secret pour surmonter cet obstacle. La réussite passera par le travail. Vous avez déjà passé la moitié du semestre, alors ne lâchez rien. Que la créativité soit avec vous.

Rédacteur.

Veuillez m’excuser du manque d’inspiration pour ma bio. Mais ne vous inquiétez pas, j’en aurai pour le blog…

Publié par Théo Vigezzi dans Com' un top
[TOP#10] des raisons d’aimer Info-Com

[TOP#10] des raisons d’aimer Info-Com

    1. L’esprit Info-Com : partage & convivialité !

Bienvenue à Info-Com Besançon là où positivité et création de liens rayonnent. ICB en trois lettres se résume également en un mot : famille. Notre IUT réunit toutes les conditions pour se sentir comme chez soi. Même si vous habitez à des milliers de kilomètres, ne vous en faîtes pas. Mais ICB c’est avant tout, une bonne humeur quotidienne qui ne nous quitte jamais (sauf pendant la semaine de challenge et la semaine de DS) ! Ici, vous vous forgerez cet esprit collectif et créatif qui pourra aussi bien se retrouver durant une semaine de travail intense qu’autour d’un verre à la Fontaine.

 

    2. Le WEI :  THE événement !

C’est LE moment fort de ce début d’année, voire même de vos 2 ans d’études ici… le week-end d’intégration ! Durant 3 jours, vous aurez l’occasion de connaître davantage vos camarades de première année ainsi que les étudiants de deuxième année. Ils se chargeront de bien vous intégrer autour de soirées et d’activités des plus amusantes ! À ne pas rater, sous peine de recevoir de nombreuses vidéos sur Snapchat de vos amis et d’être en train de pleurer de regret devant votre téléphone (mais au moins, vous ne serez pas dans un état de fatigue ultime le lundi matin).

   

    3. … mais ce n’est pas le seul, ICB vous fera vivre d’autres événements tout aussi mémorables

En plus d’un WEI exceptionnel, vous aurez la possibilité de participer à de nombreux événements qui feront vivre l’IUT tels que la Journée Portes Ouvertes mais aussi la JDA. Profitez de ces belles expériences pour échanger avec de nouvelles personnes, anciens comme futurs infocomiens, mais aussi pour valoriser l’image du département. Ce n’est pas tout, de nombreux projets animeront notre département comme la semaine audiovisuelle ou les ateliers Artère chaque semaine, que nous vous invitons d’ailleurs à découvrir ! Donc laissez-vous guider par toutes ces belles journées et ces nombreux projets que vous offre Info-Com durant ces deux années, mais ne vous laissez pas trop dépasser…

   

    4. Le voyage de 2ème année qui marquera la fin de vos 2 ans

Eh oui, ICB vous fait voyager ! Shanghaï, Paris, Londres, New-York… chaque année, nous pouvons vous emmener dans vos villes de rêve ! (du moins, si Com & Move vend assez de sandwichs). Le cliché du voyage soporifique du lycée ? On oublie. Au programme, visites professionnelles en lien avec l’univers de la communication & de la publicité, ronflement des professeurs dans le bus (car oui, c’est un fait unique dans l’année), entretiens avec des professionnels, etc. Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce moment qui marquera votre fin d’aventure ici, on vous invite ainsi à vous rendre sur la page consacrée au voyage !

   

    5. Les stages, une superbe opportunité d’intégrer le monde de la communication

On vous en a sûrement beaucoup parlé durant vos réunions de rentrée, mais les 2 stages que vous allez vivre représentent des étapes essentielles dans votre parcours. Parce que vous allez intégrer le monde professionnel de la communication et partir à l’aventure en sortant de votre routine habituelle. Mais aussi parce que vous serez affecté à différentes missions et appliquerez réellement ce que vous aurez appris en cours. A l’étranger ou en France, grandes entreprises ou institutions, tout est possible en Info-Com. Si vous voulez être mieux informés pour votre futur stage, nous vous conseillons grandement de consulter le guide complet du stage made in ICB !

Vous le savez nos 2A sont en stage, alors pendant cette semaine off pourquoi ne pas voyager avec eux ?Notre tour du…

Publiée par Iut Info-com Besançon sur Lundi 7 mai 2018

   

    6. La cafétéria

La cafet’ c’est l’endroit sympa qui vous permettra de vous retrouver le midi et de peut-être créer de nouveaux liens autour d’un bon petit plat cuisiné par maman… Si les longues files d’attente pour prendre un plateau au restaurant universitaire ne vous ont jamais attiré, attendez de voir celles des micro-ondes… Vous ne serez ainsi jamais à l’abri de prendre un sandwich de Com & Move plutôt qu’un tupperware de purée. Sans oublier la machine à café qui vous servira de l’eau (n’est-ce pas Alexandre ?), sauf si vous prenez un café caramel. La cafet’ sera également le lieu où vous vous reposerez avant de retourner en cours. Car être sérieux en Info-Com est primordial !

   

    7. Le privilège de pouvoir travailler sur des iMacs, et gratuitement !

Un détail pour les Apple fanboys, une révolution pour les autres. Inutile d’acheter un iMac (car déjà c’est trop cher pour nous, pauvres étudiants que nous sommes…), ICB vous offre la possibilité d’en utiliser gratuitement dans deux des salles les plus appréciées de nos étudiants : la salle 104 et la salle 202. Il faut savoir être généreux en Info-Com… Adieu les vieux ACER qui mettent 10 minutes à démarrer et qui s’éteignent en plein milieu du cours. Avec les iMacs à portée de main, les logiciels Adobe n’auront plus de secret pour vous et vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas prendre vos cours correctement et réaliser vos flyers.

   

    8. Les ascenseurs, quand vous êtes (vraiment) trop fatigués

Comme vous avez pu le voir sur la vidéo de rentrée avec notre vidéo-maker Alexandre, les ascenseurs de l’IUT seront vos meilleurs amis, surtout le vendredi matin à 8h. Ils vous accompagneront jusqu’au 7ème ciel – à savoir le 2ème étage – qui peut parfois paraître tellement lointain. Petit détail qui fait la différence, le miroir que vous y trouverez à l’intérieur avec lequel vous ferez vos meilleures stories Instagram et qui marquera à coup sûr votre histoire avec ICB. Mais à utiliser avec modération…

   

    9. La Fontaine & la Gare d’eau

Qui dit Info-Com dit soirées & apéros… vous les connaissez peut-être mais le bar de la Fontaine et la Gare d’eau sont des noms que vous entendrez tout au long de l’année. Rien de mieux que de se retrouver autour d’un verre et de faire des selfies collectifs ratés. Toutefois, nous ne vous garantissons pas le beau temps à chaque soirée, n’oubliez pas que vous habitez maintenant à Besançon. Mais rassurez-vous, le rire et la bonne humeur seront toujours au rendez-vous !


   

    10. Le blog Info-Com

Dernier top différent des autres, le nouveau blog Info-Com. Les rédacteurs auraient-ils des airs narcissiques ? Loin de là. Nous espérons seulement que ce blog, initié d’abord par nos prédécesseurs de la Team 2.0 (qui nous manquent un peu, il faut l’avouer…) et sans qui il ne pourrait exister, vous plaira. Nous serons à l’écoute de vos suggestions et espérons que ce site représentera de la meilleure des manières l’esprit de notre cher DUT. Et ne vous inquiétez pas, Théo ne supprimera pas le blog pour en faire un consacré à McFly & Carlito.

 


En vous souhaitant une magnifique aventure infocomienne marquée par votre réussite professionnelle et des belles rencontres que vous ferez au cours de ces deux années inoubliables.

Rédacteur.

Veuillez m’excuser du manque d’inspiration pour ma bio. Mais ne vous inquiétez pas, j’en aurai pour le blog…

Publié par Théo Vigezzi dans Com' un top
[TOP#9] Les bonnes raisons d’aller au réveillon

[TOP#9] Les bonnes raisons d’aller au réveillon

Déjà trois semaines que le calendrier de l’avent a commencé, c’est donc bientôt Noël. Vous avez gagné deux kilos de bien-être grâce à tous ces petits chocolats et ça ne fait que commencer ! Foie gras et bûche de mamie seront vos amis, profitez-en ! Et si vous êtes encore réticent au réveillon à cause de l’article de l’année dernière, de nos chers prédécesseurs : TOP [#4] 10 raisons pour lesquelles le réveillon de Noël c’est du déjà-vu, n’y allez pas

Lire la suite →

La Team 2.0 s’occupe de la présence digitale du département sur les réseaux sociaux. Since 2013.

Publié par Team 2.0 dans Com' un top

[TOP#7] 10 endroits où sortir dans Besançon

Maintenant que vous commencez à connaître l’IUT, il est temps d’apprendre à connaître Besançon. Que ce soit les bonnes adresses, les endroits sympas, les bons plans. Et devinez quoi ? Comme on est sympa on va vous aider. Voici un top 10 (selon nous) des endroits à fréquenter afin de vous distraire et vous détendre !

1. LA GARE D’EAU – Parc – 4 avenue de la Gare d’Eau

Si vous êtes un vrai et que vous êtes venus aux apéros de rentrée, vous connaissez déjà cet endroit. Si ce n’est pas le cas, pas de panique, vous aurez d’autres occasions de boire des coups avec vos potes dans ce sympathique parc. Et même lorsque le soleil nous abandonne et laisse place au grand froid, il est agréable de s’y balader les pieds dans la neige. Pour la première fois de votre vie vous aurez peut-être la chance de marcher sur l’eau (ça c’est quand il fait tellement froid qu’on se croirait au pôle Nord et que tout le Doubs est complètement gelé). Sinon vous pourrez aussi retourner en enfance en faisant des bonshommes de neige (Big up à tous les gens qui ne viennent pas d’ici et qui n’ont jamais vu la neige de leur vie).

 

2. LES QUAIS – Spot

Que ce soit pour se balader le long du Doubs, nourrir les canards, pique-niquer ou boire des coups entre amis, les quais sont le lieu du chill. Vous pourriez potentiellement souvent vous retrouver là-bas lors de vos fins de soirées en attendant que la ville se réveille.

 

3. LA CITADELLE – Spot – 99 Rue des Fusillés de la Résistance

Ah la Citadelle, LE lieu qui représente notre chère Besac, comment passer à côté ? Vous pourrez y accéder en bus et pour les plus courageux… à pattes (mais on vous aura prévenus, ça monte !). Une fois en haut, vous dominerez la ville et savourerez une super vue (c’est long à pieds, mais ça vaut le coup !)

Pour les fêtards, lors de vos fins de soirées, que tout ferme, que vous ne savez pas où finir votre soirée mais qu’il est hors de question de rentrer chez vous, vous pouvez y monter et contempler le lever du soleil depuis les toits (là aussi, ce sera pour les plus courageux d’entre vous !)

 

4. RUE BERSOT – Centre-Ville

La rue des restaurants et des bons plans, des pizzas jusqu’aux sushis en passant par les burritos, tout le monde y trouve son compte. Selon nous une des plus belles rues de Besançon avec des rues pavées et des bâtiments d’origine. Prenez le temps d’y passer et d’apprécier son charme.

 

5. LA RODIA – Salle de concerts – 4 avenue de Chardonnet

Vous ne pouvez pas passer à côté de cette salle de concerts lors de vos années étudiantes à Besançon. Que ce soit pour le festival Détonation en Septembre ou pour des concerts tout au long de l’année, ce lieu culturel garantit de très bons moments. Il y en a pour tous les goûts et la bonne ambiance y est assurée.

 

6. LE TANDEM – Bar – 16 Quai Vauban

Situé au bord du Doubs, il est tranquille le jour pour réviser et animé le soir pour boire un verre et rencontrer du beau monde ! De petits concerts, expositions ou soirées mix y ont lieu de temps en temps, ce qui fait tout le charme culturel du lieu. Bref quels que soient vos goûts, ce bar est fait pour vous.

Evènement du mois : tous les jeudis, lecture du tarot de Marseille

 

7. BAR DE L’U – Bar – 5 rue Mairet

Le bar où se retrouvent en nombre les étudiants, avec des concerts rocks, soirées karaoké, babyfoot ou à thème ! La diversité de ce bar est également à considérer, des plus jeunes aux plus vieux l’esprit est toujours rock et bon enfant sans prise de tête.

 

8. LA FONTAINE – Bar – 5 rue des Boucheries

Ce lieu de prédilection dans lequel vous vous retrouverez tous les jours d’ici peu. Là-bas, on ne parle plus travail, on décompresse en sirotant des pintes à bon prix et par grands froids de réconfortants chocolats chauds ! C’est un lieu de fête mais aussi un lieu apaisant lors des longs dimanches pluvieux.

 

9. LA CALE – Bar ambiance – 26 rue Jean Baptiste Proudhon

Bar ambiance en plein centre-ville de Besançon c’est l’adresse à connaître ! Pour finir vos soirées ou les commencer comme il se doit, vous saurez vous ambiancer sur la piste au fil des verres. De quoi sortir du cadre de l’IUT et rencontrer davantage d’étudiants.

 

10. LES BOITES –

On ne voit pas beaucoup d’avantages aux boites de nuits à Besançon, néanmoins si vous insistez…
Le Styl (5 Grande Rue) est situé en plein centre, gratuit pour les filles et au prix de 5 euros pour les garçons (oui on ne comprend toujours pas pourquoi autant de sexisme dans ce monde). La musique est commerciale comme dans 99% des boîtes mais entre amis ça passe toujours mieux dirons-nous !

Le QG (10 chemin de Mazagran) est une boîte plus grande avec des soirées à thème payantes suivant les jours.

Le Teasing, (2 rue du Gay) la plus jeune des boîtes de Besançon située à Chalezeule est payante mais avec des soirées à thème plutôt diversifiées telles que « Pyjama sexy party », « Provok Party ». Prévoyez juste un taxi pour le retour !


Entre bons restaurants, bières bon marché et pistes de danse, on ne doute pas de vos capacités d’explorateurs mais on espère que ce top vous guidera dans votre nouvelle vie étudiante bisontine !

La Team 2.0 s’occupe de la présence digitale du département sur les réseaux sociaux. Since 2013.

Publié par Team 2.0 dans Com' un top