Comment réussir son oral du challenge ?

Dans quelques jours, se déroulera la finale du challenge interne. Redouté ou tant attendu, l’oral n’est pas toujours une partie de plaisir et nécessite une sérieuse préparation. C’est pourquoi tes rédacteurs vont aujourd’hui te donner des conseils pour assurer ton oral.

Se préparer en amont

Même si le temps est plus que compté, il faut un maximum vous entraîner pour l’oral (seul et en groupe). Vos parties doivent être claires et équitablement réparties entre vous.

Votre support doit être irréprochable et en cohérence avec votre dossier. Donc pas de phrase à rallonge, pas de slides surchargées, allez à l’essentiel ! Privilégiez les images, schémas, mots-clés, qui sont beaucoup plus parlants pour ceux qui vous regardent et cela évite qu’on passe plus de temps à lire votre diaporama que vous écoutez.

Conseil de Maxime, ancien étudiant en Infonum, promo 2016-2018

« Le mieux, c’est quand votre PowerPoint correspond graphiquement à votre rapport. Ça ne fait pas gagner le challenge, mais c’est toujours plus agréable à regarder pour le jury qui a votre rapport sous les yeux. »

N’oubliez pas que l’amphithéâtre sera à votre disposition avant le début de la finale. N’hésitez pas à aller faire des tests (son, vidéo, image, etc) pour que tout soit parfait pour votre oral. Il serait bête de se décrédibiliser pour un simple bug informatique… Et si par malheur rien ne fonctionne, préparer un support de secours (en PDF ou autre), ça pourrait vous sauver !

N’hésitez pas à vous entraîner, en répétant seul dans un premier temps, puis avec votre groupe à l’aide de votre support visuel. Vous serez d’autant plus à l’aise pour l’oral en connaissant aussi bien votre PowerPoint que votre texte.

Assurer à l’oral

Passer à l’oral devant tout un amphi est, pour certain, un vrai calvaire. Les premiers à parler doivent être les plus à l’aise. Il faut qu’ils amorcent leur présentation avec assurance et professionnalisme. La première impression est souvent la bonne. Pour le reste, la dynamique de la présentation découlera toute seule.

Éviter les phrases toutes faites écrites sur une feuille A4, privilégiez un oral sans note, ou alors quelques mots-clés sur une petite fiche bristol. En effet, les phrases toutes faites peuvent vite vous faire perdre le fil de votre oral et ainsi embrouiller toute la présentation.

Conseil de Léa, ancienne étudiante, promo 2014-2015

« Bossez (vraiment) l’oral ! Ce n’est pas le tout d’avoir une bonne idée, il faut savoir la vendre ! Ça passe par la coupe des parties et de la distribution aux membres de l’équipe. Il vaut mieux être logique et donner à présenter le budget à celui qui a bossé sur le budget. Ça passe aussi par le Keynote et un support visuel pas trop chargé ! Allez directement à l’essentiel. »

Attention à votre langage.

Bien évidemment, il faut bien choisir ses mots. Fini les mots parasites comme « du coup » ; « en fait » ; « bah »… Il faut utiliser des termes adéquats et professionnels. D’où l’importance de l’entraînement en amont, il faudra faire l’effort d’oublier vos tics de langage. N’hésitez pas à demander aux membres de votre groupe de vous reprendre dessus (lors de vos sessions d’entraînement), même si l’on sait qu’il est difficile de tout faire disparaître.

Il en va de même pour le langage corporel. Évitez les positions stoïques, le spécial Venus de Milo avec vos mains dans le dos, mais encore les bras croisés qui peut avoir un sens d’isolement. Essayez d’argumenter votre texte à l’aide de vos mains, qu’elles soient toujours en mouvement. 

Et bien entendu, n’arrivez pas en jogging le jour de la finale ! Habillez-vous de manière professionnelle, mais n’optez pas pour des vêtements neufs. En effet, être à l’aise dans ses vêtements peut vous rendre plus confiant, et il serait embêtant d’avoir une étiquette qui gratte lors de votre présentation. 

 

Gérer le stress

Qui dit oral dit inévitablement STRESS. On le sait, l’oral est la bête noire de la plupart des étudiants. Mais voilà, heureusement/malheureusement vous êtes sélectionnés pour la finale ! Gardez votre sang-froid, cela peut vous éviter des moments de gêne intense. Et si vous perdez vos mots, ce n’est pas grave, il ne faut pas se fixer dessus et vite rebondir !

Anticiper les questions

L’oral ne se limite pas seulement à votre présentation, il est donc important de ne pas négliger la partie « questions ». Au contraire, faites-en une force pour votre oral ! Essayez de préparer/deviner en amont les questions que les jurys pourront vous poser pour ne pas être pris au dépourvu. Guidez les jurys vers des questions pertinentes qui seront bénéfiques pour vous. La réussite face aux questions peut être l’élément déclencheur de votre victoire !

Bien entendu, ces conseils sont valables pour le challenge, mais tous les oraux que vous pourrez rencontrer dans vos études et votre vie professionnelle. La préparation est la clé de la réussite, donc prenez le temps, connaissez au mieux votre sujet. Si l’on ressent l’envie de bien faire, la réussite sera à la clé !

Rédacteur.

Fan inconditionnel de Théo Vigezzi, je compte néanmoins dépasser le maître. J’ai beau clabauder que le mot pétrichor devrait être plus utilisé, j’espère que ma nitescense ne vous aveuglera pas.