étudiant

Recette : vivre sa meilleure vie étudiante à Besançon

Recette : vivre sa meilleure vie étudiante à Besançon

Ça y est ! Tu as enfin quitté les bancs du lycée ou de ta fac et tu te prépares à entamer une nouvelle vie à l’IUT de Besançon au sein du département Infocom. Bravo à toi et bienvenue !

Dans quelques mois, les mots : « partiels », « travaux de groupe », « gare d’eau », « jeudi soir » et « pâtes au beurre » n’auront plus de secrets pour toi. Tu t’apprêtes à connaître les joies de la vie étudiante dans la charmante ville de Besançon.

Dans cet article, tu trouveras la recette incontournable, saupoudrée de différents conseils, astuces et informations qui t’aideront à commencer ta nouvelle vie étudiante bisontine en tout sérénité !

 

L’ingrédient principal : le logement

Pour beaucoup, et notamment pour ceux qui viennent de loin, la vie étudiante commence par la recherche d’un appartement. Seul ou en colocation, voici une liste de sites qui répertorient les annonces de logements ou de particuliers qui recherchent des locataires.

Le bon coin est une véritable caverne d’Ali Baba et le 1er site de petites annonces en France. Il est régulièrement alimenté  par les agences immobilières ou par les propriétaires qui proposent différents types de logements.

Ce site te proposera une sélection d’annonces immobilières en fonction de tes critères, afin de trouver la perle rare.

« Étudiants de Besançon » est un groupe privé sur Facebook qui regroupe les étudiants bisontins pour échanger sur des bons plans, des offres ou des logements. Fait une demande d’accès au groupe, active les notifications et soit alerté(e) dès qu’une annonce est postée, afin de peut-être, trouver ton petit cocon. Tu peux également publier directement sur la page si tu as besoin d’aide ou de renseignement, les étudiants auront plaisir à te répondre.

Pour ceux qui cherchent de la compagnie, La carte des colocs est une plateforme gratuite conçue pour que tu trouves ta colocation parfaite. Tu pourras rechercher une annonce ou en proposer une, suivant tes critères de vie. Facile d’utilisation, les annonces sont fournies de photos, d’informations à connaître sur l’appartement et sur les colocataires déjà présents.

Le Centre régional des œuvres universitaires de Bourgogne Franche-Comté propose chaque année des logements étudiants dans ses villes étudiantes. Il existe plusieurs résidences sur les deux principaux campus de Besançon : le centre-ville et la Bouloie, où se trouve l’IUT Infocom. Afin d’intégrer un logement du Crous, il te faut constituer un dossier Social Étudiant sur ww.etudiant.gouv. Les étudiants venant de loin et/ou issus de famille avec peu de ressources sont prioritaires. L’attribution du logement s’effectue en fonction du dossier et du nombre de places disponibles pour l’année universitaire à suivre. Attention, il faut s’y prendre à l’avance !

 

Mettre du beurre dans les épinards : les aides financières

Très souvent, être étudiant peut rimer avec difficultés financières. C’est pourquoi, il est important de prendre connaissance des aides auxquelles tu peux être éligible. Tâche très souvent pénible, tu as sûrement dû voir apparaître sur tes vidéos YouTube préférées, une pub pour Fibii. Fibii est un simulateur gratuit qui calcule les aides étudiantes que tu peux recevoir. Pour cela, il te suffit de rentrer une adresse mail et un mot de passe afin de remplir plusieurs informations sur ta situation familiale et financière. Le simulateur te permettra de visualiser le montant de ces aides en question : bourses, APL, permis de voiture, ouverture de compte bancaire, etc.

 

La sauce incontournable : les sorties

Besançon est certes, connue pour sa citadelle, sa délicieuse cancoillotte et ses paysages verts, mais aussi pour sa population dynamique. Besançon est une ville rythmée par la vie étudiante et le campus universitaire te propose de nombreuses possibilités pour sortir et faire de nouvelles rencontres, tout au long de l’année. Au mois de septembre, la journée de l’étudiant te donnera accès à plusieurs activités. N’oublions pas non plus les soirées étudiantes du jeudi soir organisées par ta Korpo (Bureau des étudiants d’ICB) préférée ou par l’Intercorpo qui regroupe les étudiants des différents IUT de Besançon Vesoul.

 

Une dose de sérieux pour une recette pleine de succès :  l’organisation

Les grands sages ne te le diront jamais assez, l’ingrédient absolu d’une vie étudiante épanouie, c’est l’organisation. Se trouver une organisation dès le début de l’année te permettra de ne pas couler sous les travaux à rendre et de garder du temps pour toi, tes sorties et tes proches, sans stress. Finir son exposé de sociologie la veille pour le lendemain, à 2 h du matin, devant un thread horreur de Squeezie, n’est donc pas conseillé.

 

Une petite touche locale pour une parfaite émulsion : les expressions franc-comtoises glamours et inéluctables

Ça, c’est cadeau. Pour les non-franc-comtois, vous trouverez ci-dessous une liste qui répertorie les expressions locales. Tu pourras les utiliser pour te faire passer pour un vrai franc-comtois lors de ces 2 années à Besac.

  •  Tu as meilleur de temps de bien suivre cette recette.

Traduction : tu ferais mieux de bien suivre cette recette.

  • Je vais devoir aller à l’IUT à pied, mais il pleut ! Je vais être gaugée !

Traduction : je vais devoir aller à l’IUT à pied mais il pleut ! Je vais être trempée !

  • J’en connais un qui a fini fin rond jeudi soir.

Traduction : j’en connais un qui a fini bourré jeudi soir.

  • Le bus Ginko a failli beugner le trottoir.

Traduction : le bus de ginko a failli taper le trottoir

  • Vin Dieu ! J’ai réussi mon partiel d’économie !

Traduction : désolée, mais seule l’élite réussit un partiel d’économie.

Tu as minutieusement suivi la recette pour vivre ta meilleure vie d’étudiant(e) bisontin(e) ? Il te suffit de mélanger le tout, faire poser au minimum deux belles années à température irrégulière et déguster, mais surtout profiter !

Rédactrice.

Je vous propose du contenu « pur beurre », qui j’espère satisfera le gâteux d’ICB, M.Falomir. Ne soyez cependant pas trop ébaudis, si vous croisez vos rédactrices préférées à la Fontaine , beurrées comme des petits LU…n’est-ce pas Julie ?

Publié par Fiona Guatieri dans Au coeur d'ICB, Tous les articles

Mon année en Infocom – FLASHB(ES)ACK #6

Épisode 6 : « Des projets à l’appel ! »

« Après vous avoir parlé des JPO, qui je l’espère vous ont éclairé sur l’esprit jubilatoire d’Infocom, je vais désormais vous révéler le principe-même des projets tutorés (ou tuteurés, de toute façon, personne ne sait comment cela s’écrit),
à travers le Salon des projets tutorés auquel nous avons participé, nous, Premières Années, en février. Déjà, vous savez tous ce qu’est un salon (pas celui avec le canapé, la télé et la lampe de chevet, hein !). Un projet, vous pouvez le deviner. Mais par contre, « tutoré », ça en questionne plus d’un ! Et, si on ajoute de la difficulté : qu’est-ce que le Salon des projets tutorés ? Cet événement était une première cette année, et je pense qu’il a réjoui les foules ! Je vais vous expliquer plus en détails en quoi ce charabia consiste.

Si on commençait par déterminer ce qu’est un projet tutoré, on pourrait plus facilement comprendre le Salon. Un projet tutoré est un projet professionnel mis en œuvre par un groupe de 5 à 10 étudiants représentant les 3 options (je les répète, mais vous devriez les connaître par coeur, maintenant : Publicité, Communication des organisations et Information Numérique). Il permet généralement de réaliser des missions pour un commanditaire (le client en quelque sorte), et ces missions, ce travail pratique, ce « tout » est pris en compte dans la notation des semestres 3 et 4 (on fonctionne en semestres à l’IUT : Première Année, semestres 1 et 2 ; Deuxième Année, semestres 3 et 4).

Mais ces projets tutorés permettent aussi d’alimenter son CV. Par ailleurs, l’argent récolté dans certains projets est utilisé pour le voyage de fin d’année.Ces projets tutorés sont donc présentés lors du Salon des projets tutorés, c’est assez logique. Il y a donc entre un et deux projets présentés par salle et les étudiants de Deuxième Année exposent ce sur quoi ils ont bossé toute l’année aux Premières Années, qui doivent choisir le projet qu’ils préfèrent et s’inscrire pour l’année suivante. J’oubliais un détail : les projets tutorés peuvent être internes à l’IUT ou externes, c’est-à-dire que les actions mises en oeuvre devront être gérées avec l’IUT ou alors, au contraire, avec le commanditaire. Quand on parle de projet interne, cela peut être la Team 2.0, qui s’occupe de la visibilité de l’IUT sur les réseaux sociaux, mais surtout de les alimenter en contenu. (Vous voulez plus d’informations sur les membres de la Team 2.0 cette année ? C’est par ici !)

Mais, un projet interne peut aussi être une association, comme Com&Move, qui se charge de mettre en oeuvre des actions pour réduire le coût du voyage d’études, ou encore une agence conseil : BeCom Pro. Je vous parlais d’ailleurs dans le dernier épisode des JPO, eh bien c’est aussi un projet tutoré, comme la Journée des Anciens ! Je ne vous ai pas parlé des projets externes ? Ils changent tous les ans. Cette année, par exemple, un institut de beauté propose un projet et les étudiants concernés devront concevoir l’identité visuelle du paradis esthétique, sans oublier de faire sa promotion sur les réseaux sociaux… Messieurs, n’ayez crainte en lisant cela, vous pourrez choisir projet tutoré à votre personnalité (comme chaussure à votre pied) avec d’autres projets, notamment en lien avec la vente d’articles de sport, le handball ou encore la banque alimentaire !

Mais, je ne vous en dirai pas plus, il vous faut tout de même des surprises !
D’ailleurs, en fait de surprise, vous verrez prochainement que la vie d’étudiante en InfoCom n’est pas toujours toute rose, malgré notre couleur fétiche… »

Vous avez encore des doutes sur son identité ? Besoin d’un retour en arrière pour vous rafraîchir la mémoire c’est ici !

La Team 2.0 s’occupe de la présence digitale du département sur les réseaux sociaux. Since 2013.

Publié par Team 2.0 dans Au coeur d'ICB

Mon année en Infocom – FLASHB(ES)ACK #4

Épisode 4 « En route vers les partiels »

La dernière fois, je vous parlais des modules d’adaptation. J’imagine que vous vous posez de nombreuses questions sur ce sujet : « Qu’est-ce que c’est ? », « Est-ce qu’on peut choisir celui que l’on préfère ? ». Mon expérience peut vous aiguiller.

Tout d’abord, il y a plein de cours différents pendant cette semaine, bien qu’elle soit plus légère que les autres. Vous pouvez donc assister à des cours de soutien, en étant par exemple en classe de langues, dans ce cas, ce sera souvent un renforcement dans la matière concernée, ou pour d’autres un approfondissement. Sinon, vous avez le choix de prendre de nouveaux cours, qui peuvent permettre de s’ouvrir au monde, comme celui que j’avais choisi : Analyse d’actualités. Puis viennent les vacances, quelques jours qui vont nous faire du bien, pour se reposer, reprendre des forces et recharger les batteries avant la rentrée, mais aussi avant les premiers partiels, qui arrivent avant Noël.

Justement, parlons des partiels. Un bien grand mot pour finalement parler d’interros. Vous voyez le Bac ? Et bien, c’est bien moins stressant comme période. Déjà, vous savez que vous serez interrogés uniquement sur les cours de l’année que vous aurez déjà faits, c’est-à-dire 4, voire 3 mois avec la mise en route au début de l’année et les vacances compris.
En plus de ça, vous êtes dans votre élément, puisque même si certains cours ne vous enthousiasment pas, d’autres seront plus attrayants qu’au lycée. Par contre, je ne voudrais pas vous faire peur, mais si vous n’aimiez pas l’économie ou l’expression (l’équivalent du français), il va falloir vous y faire : les disciplines ne font pas toutes rêver… Et d’autres, nouvelles, sont assez déroutantes, comme Étude des Organisations ! Donc, vous vous demandez sûrement comme se préparer à cette semaine de partiels ? Déjà, ne vous affolez pas, les partiels ne durent pas plus de deux heures chacun et certains profs s’arrangent même pour faire les leurs avant cette semaine éreintante. Donc, don’t worry (be happy), vous n’allez pas mourir. Maintenant, comment faire pour bien s’y préparer ? Un mot d’ordre : apprendre ses cours au fur et à mesure. Personnellement, même en appliquant cette méthode, je suis parfois débordée, alors, si vous révisez à la dernière minute, ce sera le burn out assuré. Pour certains, le stress les aide à mémoriser, et je veux bien les croire, mais je ne pense pas que ce soit très performant. De toute façon, c’est vous qui déciderez.

D’ailleurs, il ne faut pas oublier que les partiels jouent un rôle plutôt important dans le rugissement « J’ai mon semestre ! » ou, plus fort encore, « J’ai mon année ! », puisque, on vous l’expliquera à la rentrée, il y a des histoires d’unités d’enseignement (UE pour les connaisseurs), des sortes de groupements de matières, avec compensation des notes… Bref, on vous expliquera tout cela bien assez vite. Enfin, dites-vous qu’une fois que cette semaine sera passée, les vacances de Noël seront là, juste après la soirée post-partiels organisée par la Korpo (le Bureau des Étudiants d’Infocom, en quelque sorte, une bande d’allumés de première qui, en plus de leur travail scolaire, organisent plein d’activités pour que l’année passe encore plus vite), et vous pourrez enfin vous détendre et vous défouler, pour passer vos nerfs.

Surtout, profitez parce que vous n’allez pas vous en rendre compte, mais les vacances, le réveillon, les réunions de famille, le Nouvel An… Tout ça va passer bien vite pour finalement arriver à la rentrée, mais ce sera pour le prochain épisode…

Vous avez repéré les nouveaux indices sur l’identité de BIZOCAT ? Le mystère est-il dissipé ?

Besoin d’un petit retour en arrière ? On clique ici !

La Team 2.0 s’occupe de la présence digitale du département sur les réseaux sociaux. Since 2013.

Publié par Team 2.0 dans Au coeur d'ICB

Mon année en Infocom – FLASHB(ES)ACK #3

ÉPISODE 3 « PREMIERES VRAIES SEMAINES » 

«         Ça y est, c’est parti. La première semaine est déjà finie. Nous avons rencontré tous les profs et certaines matières apparaissent moins floues. Le marketing ? Une discipline concrète et qui nous concerne particulièrement. Nous avons aussi de la sociologie, pour étudier les comportements et ainsi apprendre à mieux connaître nos futures cibles. N’oublions pas les heures pour que nous puissions penser à notre orientation : Projet personnel et professionnel, « cours » qui nous permet de découvrir des métiers que nous ne connaissions pas et d’en apprendre davantage sur d’autres. En ce qui concerne les disciplines étudiées, c’est sans doute la création (créa pour les intimes), qui plaira au plus grand nombre : réfléchir et proposer des travaux sur certains sujets en particulier, rien de mieux pour se trouver et essayer de connaître sa personnalité plus facilement.

         Alors : bilan de cette première semaine de cours ? On se sent moins perdu. Comme nous venons de toute la France, des Dom (et même pour certains, de l’étranger !), c’est plus facile de se faire des amis, peu de gens se connaissaient avant de rentrer à l’IUT.
Entre amphi et TD, on sent qu’on n’est plus au lycée ! Dans l’amphi, tous l’ordi au bout des doigts, le prof fait son cours, tout en répondant à nos potentielles questions : c’est très interactif ! Alors qu’en TD, on fait plutôt des activités en groupe et beaucoup d’exposés ! Au moins, on est entraînés à parler devant un public. D’ailleurs, si on m’avait dit au début de l’année que je vous écrirais, je n’y aurais pas cru une seule seconde !

Mais me voici, fidèle au poste…

       Dois-je ajouter que les cours en TD se font par classe, contrairement aux cours en amphi qui ont lieu par option ? (Communication des Organisations et Information Numérique sont rassemblées, et nous, les Pub, on remplit plutôt bien l’amphi !)
Bon, revenons à nos moutons. Dans la classe, dès le début, je remarque déjà des petits groupes de personnes qui ont les mêmes centres d’intérêts. Les profs ont l’air bien, compréhensifs et à l’écoute. Il me semble en effet que certains sont des professionnels qui enseignent la discipline ou le métier qu’ils effectuent tous les jours, en étant freelance ou en travaillant dans la recherche. Quelques fois, pendant les premiers cours, ils en profitent pour nous donner des informations sur l’année, plus particulièrement dans leur matière, et ils nous font faire des activités pour que l’on apprenne à se connaître, ainsi, nous avons dû présenter aux autres personnes de la classe, soit la plus grande peur que nous avons ressentie (et ce n’était pas le fait de s’exprimer devant ce groupe !), soit le pays que nous voudrions découvrir…

       Les cours défilent, au fil des semaines et nous voilà déjà à l’événement attendu de tous : la Journée des Anciens, JDA pour les initiés. Mais qu’est-ce donc ? On nous en a vaguement parlé, mais je trouve l’idée géniale : une journée, en compagnie de tous les Infocom et même les anciens, qui prennent le temps de venir voir les petits nouveaux pour leur apporter conseils, astuces et surtout leur faire part de leur expérience ! (Ils en profitent aussi pour faire un coucou à leurs professeurs chéris.) Point positif ? Découvrir de nouveaux horizons, peut-être même pas envisagés et surtout se créer un réseau, parce qu’Infocom, ce n’est pas qu’une formation, c’est une grande famille ! (Je sais, ça fait un peu secte, mais il faut penser à son avenir et pour les stages, ça sert toujours !)

       Après nous être remis de nos émotions, les cours reprennent, tel un rythme effréné et nous voilà une semaine avant les vacances de la Toussaint : semaine des modules d’adaptation.
Qu’est-ce que c’est encore ? Que de nouveautés depuis le lycée ! »

Suite au prochain épisode… Et si vous ne commencez pas à entrevoir qui est BIZOCAT, il va falloir activer vos neurones !

Et pour relire l’épisode précédent on clique ici !

La Team 2.0 s’occupe de la présence digitale du département sur les réseaux sociaux. Since 2013.

Publié par Team 2.0 dans Au coeur d'ICB