Interdits, vous dîtes ?

Aujourd’hui, si tu passais devant une pub vantant les vertus de la cocaïne, de l’héro ou encore de l’alcool, tu réagirais comment ?

Ce que je te dis là te paraît improbable, jamais de telles publicités ne pourraient paraître à la vue de tous. Pourtant, il y a quelques années, cela était bel et bien le quotidien de milliers de personnes. La propagande de produits, aujourd’hui considérés comme nocifs pour la santé était tout ce qu’il y avait de plus normal, comme lorsqu’aujourd’hui nous passons devant une publicité prouvant les qualités que peuvent avoir un parfum, de la lessive ou du Nutella (Produit qui à l’heure actuelle est notre drogue, nous étudiants déprimant devant notre pile de devoirs à faire…).

Je te propose de regarder ces quelques exemples qui font esquisser un sourire aux premiers abords :

Tout d’abord un des GRANDS tabous de notre société, j’ai nommé la cigarette ! De nos jours, on s’active pour essayer de prouver à la population que celle-ci est nocive, qu’elle ne peut être notre partenaire au quotidien, qu’il nous faut la fuir comme la peste.

Et bien il y a peu, le discours était totalement différent. Les publicitaires s’en donnaient à cœur joie pour montrer au plus grand nombre au combien la cigarette pouvait leur être bénéfique.

En passant par des marques telles que Marlboro ou Carven, celles-ci ont eu leur heure de gloire sur des formats print (eh oui mesdames cette époque est finie, maintenant c’est retour au placard…).

À cette époque, on a découvert quelques vertus pour le moins déroutantes de dame cigarette. Si je te dis : personne qui a du mal à respirer après un effort physique ? Tu me dis :  asthmatique, non ?

Eh bien sache que bien que cela puisse paraître complètement fou, la cigarette fut préconisée pour lutter contre l’asthme. Oui, oui, tu as bien lu…

Pour te prouver ma bonne foi :

Bien évidemment, pour plus de sécurité ce « médicament » était interdit aux enfants de moins de 6 ans.

Aujourd’hui, si je te dis tolérance 0 ; boire ou conduire, il faut choisir ; choisis ton Sam avant de sortir ? Ça te rappelle quelque chose ?

La consommation d’alcool est aujourd’hui proscrite, mais cela n’a pas toujours été le cas. En effet, si on remonte le temps on découvre alors que l’on incitait la population à en consommer dès que l’occasion s’en présentait.

Par exemple dans cette publicité pour Cointreau, l’annonceur nous fait « une bonne recommandation » en ne nous laissant pas prendre le volant après un bon repas, sans avoir consommé un bon verre de Cointreau.

Aujourd’hui nous dirions : « Ne prenez jamais la route aussitôt après un bon repas sans un bon café bien chaud » . Moins fun certes, mais plus raisonnable non ?

À l’époque pas de prise de tête, si tu as mal quelque part et qu’un produit te soulage, on ne cherche pas midi à 14h cela fera un excellent remède. C’est ainsi qu’on pouvait se retrouver à soigner une rage de dents avec des pastilles à base de Cocaïne pour seulement 15 cents.

pub cocaïne

Une quinte de toux qui ne passe pas ? Pas de panique l’héroïne hydrocloryde sera ton meilleur allié. Meilleur rapport qualité, prix tu ne pourras plus t’en passer.

Leur « Héro » de l’époque ?

Une petite baisse de régime ? La flemme attitude ça te dit quelque chose ?

Si je te dis qu’une combinaison de deux amphétamines savait te remettre sur pied en deux / deux ?

Plus efficace que les vitamines, plus fort que le jus d’orange du matin, j’ai nommé le Biphétamine.

À consommer avec modération (même si on cherche toujours qui est ce sombre inconnu de modération…).

Peut-être que Biphétamine leur donnait meilleure mine…

L’automne arrive, le froid montre le bout de son nez, les courbatures, les rhumes, les maux de tête, et j’en passe… ne vont pas tarder à nous assaillir.

Pour oublier ces désagréments en quelques minutes, aucun problème ! On dégainait notre fiole d’opium, une petite injection et nous étions repartis sur les chapeaux de roue.

Aujourd’hui, on ne dit pas non à l’opium mais seulement dans une fiole de parfum …

Entre hier et aujourd’hui, nos mœurs ont quelque peu évolué et certaines substances qui paraissaient anodines il fut un temps sont devenues tabous puisqu’elles se sont avérées plus dangereuses que bénéfiques pour l’être humain.  

De nos jours, on voit réapparaître le cannabis dans certains médicaments pour soulager les personnes souffrant d’un cancer, par exemple.

Certaines drogues, prises en quantité raisonnable, s’avèrent être un bon allié à la médecine. Le tout est de bien doser pour éviter de rendre accros les patients. Mais après tout, certains patients peuvent devenir dépendant de médicaments comme la morphine, donc pourquoi ne pas prendre le risque de prescrire des remèdes à base de cannabis si ceux-ci sont bénéfiques aux malades ?

Et toi qu’en penses-tu ?

La Team 2.0 s’occupe de la présence digitale du département sur les réseaux sociaux. Since 2013.